BFM Business

Netflix aura peu de programmes frais à proposer en France

Malgré des rumeurs insistantes, Netflix n'a toujours pas confirmé son arrivée en France

Malgré des rumeurs insistantes, Netflix n'a toujours pas confirmé son arrivée en France - -

Les chaînes de télévision françaises affirment avoir verrouillé les droits des dernières saisons de leurs séries à succès, qui ne pourraient donc pas être proposées par un service comme Netflix ou Amazon.

Depuis plusieurs années circulent des rumeurs -souvent infondées mais insistantes- sur l'arrivée en France des services de vidéo-à-la-demande illimitée par abonnement de Netflix et Amazon.

Si tant est qu'ils arrivent un jour, de quoi seraient constituées ces services de subscriber video-on-demand (SVOD)? Le prix pourrait être de 7,99 euros par mois, tarif du service déjà lancé par Netflix en Scandinavie, puis aux Pays-Bas.

Défier l'exception culturelle

Mais la question est surtout de savoir quels contenus seraient proposés. Pour les films, la question est presque simple. Aujourd'hui, la réglementation française impose de proposer en SVOD des films vieux de plus de 3 ans. Certes, dans son rapport, Pierre Lescure propose de réduire ce délai à un an et demi après la sortie en salles, mais quasiment toute la filière cinématographique est contre...

Pour contourner cette réglementation, Netflix ou Amazon pourraient en théorie proposer leur service depuis un pays étranger, et offrir ainsi des films plus frais, en tous cas américains. En pratique, reste à savoir si ces géants du Net oseront ainsi défier le pays de l'exception culturelle...

En tous cas, Apple n'a pas osé: le californien, qui propose son service de vidéo-à-la-demande depuis le Luxembourg et pourrait donc théoriquement s'assoir sur la réglementation française, a spontanément choisi de la respecter...

L'offre française sera donc probablement moins attractive que celle lancée ailleurs par Netflix, où les films sont plus frais. Par exemple, en Scandinavie, 40 à 50 films américains sont proposés un à deux ans après leur sortie en salle.

Verrouillage par les chaînes

Pour les séries télévisées, la question est plus complexe. En effet, il n'y a pas de réglementation en la matière. Les délais sont donc fixés par les contrats conclus avec les producteurs hollywoodiens.

La question est donc de savoir si les droits en SVOD des séries américaines sont disponibles pour un futur service de SVOD, ou ont d'ores et déjà été verrouillées par les chaînes de télévision qui diffusent ces séries.

Interrogées, toutes les chaînes assurent avoir pris leurs précautions, et laissé peu de séries libres pour Netflix ou Amazon. Ainsi, TF1 assure que, "pour la majorité des séries américaines de prime time, soit nous avons acheté les droits SVOD, soit nous avons payé pour les geler, c’est-à-dire pour que le studio ne puisse les vendre à quelqu’un d’autre" -ce qu'on appelle le 'hold back' dans le jargon du secteur.

M6, qui commercialise un service de SVOD consacré aux séries, abonde: "nous réservons en exclusivité pour ce service les saisons les plus récentes des séries diffusées sur nos antennes".

Chez Canal Plus, on assure disposer des droits SVOD des dernières saisons des séries américaines diffusées sur la chaîne cryptée.

Enfin, OCS, la chaîne cinéma d'Orange, explique détenir les droits SVOD sur les séries produites par HBO (y compris les anciennes saisons), mais pas sur les séries d'autres producteurs.

Offre peu fraîche

Au demeurant, l'examen des programmes de Canal Play (principale offre de SVOD disponible en France éditée par Canal Plus et qui revendique 196.000 abonnés à fin septembre) semble confirmer les dires des chaînes. En effet, l'offre de séries y est assez pauvre et pas vraiment fraîche. La plus récente est la saison 4 de Castle, dont France 2 diffuse actuellement la saison 5.

Mais la plupart des séries sont proposées par Canal Play au moins deux ans après leur diffusion sur une chaîne française. Par exemple, on y trouve la 7ème saison d'Esprits criminels, alors que TF1 diffuse la 9ème. Ou encore la 3ème saison de Mad Men, alors que Série Club propose la 5ème et Canal Plus la 6ème. Ou enfin la 2ème saison de Breaking bad, alors qu'Arte va prochaînement offrir la 5ème...

Visiblement, les droits ont été asséchés, car il y a quelques années, le service de SVOD de Free (aujourd'hui disparu) proposait les séries phares de TF1 juste après leur diffusion à l'antenne. "Le service d'achat définitif d’Apple propose aussi en VOD les dernières saisons immédiatement après la diffusion à l’antenne", relève aussi le consultant Pascal Lechevallier, ancien patron de TF1 Vision.

Selon lui, "il est difficile d’avoir aujourd'hui une vision précise des droits SVOD disponibles. En effet, si une série n’est pas disponible en SVOD, deux explications sont possibles: soit aucun service de SVOD ne l’a achetée, soit une chaîne a gelé les droits SVOD. Il faudra donc attendre le développement d’offres SVOD pour clarifier ce point."

Pascal Lechevallier ajoute: "en tous cas, les majors hollywoodiennes vendront toujours au plus offrant, et un service de SVOD proposera toujours plus d’argent pour exploiter la série, qu’une chaîne voulant seulement geler les droits".

Reste que la stratégie de Netflix en Europe n'est visiblement pas d'offrir des séries fraîches. Les offres déjà lancées proposent essentiellement les anciennes saisons, à de rares exceptions, comme la dernière saison de Breaking bad, et bien sûr les quelques séries produites par Netflix lui-même, comme House of cards.

Jamal Henni