BFM Business

Club Med: une contre-offre sino-brésilienne en préparation

Le Brésilien Tanure discute avec le Chinois Fosun pour renchérir sur l'offre de l'Italien Andrea Bonomi et acquérir le Club Med.

Le Brésilien Tanure discute avec le Chinois Fosun pour renchérir sur l'offre de l'Italien Andrea Bonomi et acquérir le Club Med. - Franko Lee - AFP

Le brésilien Tanure discute avec le chinois Fosun pour renchérir sur l'offre de l'italien Andrea Bonomi, avance ce 21 novembre le Financial Times. La date-limite a été fixée au 1er décembre par l'AMF.

Encore un rebondissement dans la saga du changement de mains du Club Med. L'investisseur brésilien Nelson Tanure serait en discussion avec le conglomérat chinois Fosun en vue de surenchérir dans la bataille d'offres dont fait l'objet le groupe touristique, selon le Financial Times ce vendredi (édition abonnés).

"Nous sommes en discussions. Nous partageons la même vision pour le Club Med", a déclaré Nelson Tanure au Financial Times.

"Les choses avancent bien" entre le groupe chinois et le Brésilien, assure Reuters qui cite l'entourage de Fosun. Si bien qu'un accord d'ici la fin de la semaine prochaine. Ils devront en tout cas se mettre d'accord avant le 1er décembre, la date-limite fixée par l'Autorité des marchés financiers à Fosun pour renchérir. 

Renchérir sur Bonomi, qui avait renchéri sur Fosun, qui avait renchéri sur Bonomi

Si Nelson Tanure et Fosun concrétisent leurs discussions en offre, le Brésilien deviendra un partenaire minoritaire dans le fonds d'investissement qui opérera l'OPA. Le Financial Times précise que Fosun en détiendra 85,1%, le tour opérateur chinois U-Tour 7,5%, le fonds français Ardian 5%, et le management de l'entreprise, 2,5%.

Le Chinois devra proposer aux actionnaires du Club Med une offre plus intéressante que celle de l'homme d'affaires italien Andrea Bonomi, l'autre grand acteur de la bataille pour le contrôle du Club Med. Le 11 novembre, il avait proposé de racheter le groupe français pour 23 euros par action, soit un euro de plus que Fosun, qui avait déjà renchérit d'un euro sur la précédente offre de l'Italien, à 21 euros. 

Cette offre avait constitué un énième rebondissement dans un feuilleton qui dure depuis mai 2013. Il avait commencé par une toute première tentative d'OPA de Fosun, allié au fonds Ardian, à 17,50 par action.

Bonomi vise l'Europe et le moyenne gamme, Fosun l'Asie et le haut de gamme

Cette offre formulée par les deux principaux actionnaires (à l'époque) du Club, avait reçu la bénédiction du management. Mais les actionnaires minoritaires, la jugeant trop faible, avaient déposé un recours devant la justice, ce qui avait bloqué le processus.

Le recours avait été rejeté, mais entre-temps, le cours de l'action avait dépassé le prix de l'offre, décourageant les détenteurs de titre de vendre leurs actions à Fosun plutôt que sur le marché. Dans le même temps, l'homme d'affaires italien a grimpé au capital régulièrement, jusqu'à frôlé les 16% aujourd'hui, et continue de formuler des offres mieux-disantes. 

Andrea Bonomi veut rééquilibrer le développement du groupe entre l'Asie, l'Amérique et l'Europe, en mettant l'accent sur la France. Allié à l'hôtelier sud-africain Sol Kerzner et à GP Investments, il compte aussi redynamiser les clubs 3 Tridents, de moyenne gamme, alors que la direction actuelle et Fosun privilégient le haut de gamme et poussent le développement vers le marché chinois.

N.G. avec agences