BFM Business

Critiqué, Amazon dit vouloir aider les petits commerçants à se digitaliser

Interrogé dans Le Parisien, le directeur général d'Amazon France, Frédéric Duval, assure que le groupe n'a pas vocation à se "subsituer au commerce physique". Il promet d'aider les petits commerçants à "faire leur transition digitale".

"Oui Amazon se gave, à nous de ne pas les gaver". Comme la ministre de la Culture, Roselyne Bachelot, de nombreux responsables politiques n’ont pas hésité à tacler Amazon ces derniers jours, dans un contexte marqué par la fermeture des commerces de proximité. Dimanche, le Premier ministre, Jean Castex, a lui-même incité les Français à reporter leurs achats ou à privilégier le click and collect, plutôt que de commander sur la plateforme du géant américain. De son côté, Bruno Le Maire a estimé mercredi que les GAFA étaient "les adversaires des Etats".

Dans un entretien accordé au Parisien ce jeudi, Frédéric Duval, directeur général d’Amazon France, se défend: "Nous ne sommes en aucune façon l’adversaire de l’Etat. Amazon.fr est une entreprise française implantée en France".

Il assure vouloir aider les commerçants "à faire leur transition digitale et à rejoindre la boutique dédiée aux vendeurs français" en proposant notamment un "abonnement mensuel à 39 euros durant trois mois, ainsi qu’un "crédit de 200 euros pour faire leur promotion en ligne" en cette période délicate.

A partir du 8 décembre, Amazon France va également "proposer un programme de 15 heures sur le numérique, la vente en ligne, les réseaux sociaux…" afin de lever la "barrière culturelle en France avec le digital", a-t-il expliqué. Son objectif: former 50.000 vendeurs avec ce dispositif.

Amazon ne représente que "1% du commerce de détail en France"

Le directeur général d’Amazon France rappelle par ailleurs que l’entreprise ne représente que "1% du commerce de détail en France" et n’a pas vocation à se "substituer au commerce physique". Au contraire, il affirme que le commerce physique et l’e-commerce sont "complémentaires". "La situation est difficile mais nous n'en sommes pas responsables. Je suis l'ami et le support de toutes les entreprises françaises pour leur permettre de développer leurs ventes", promet-il.

Et Frédéric Duval de louer la contribution d’Amazon à l’économie française: "Je rappelle que nous avons fait, en 2019, un chiffre d'affaires de 5,7 milliards d'euros contre 4,5 milliards d'euros en 2018, et que cela s'est traduit par le versement de 420 millions d'euros de contribution totale en incluant l'impôt sur les sociétés, les impôts locaux, les contributions diverses, la TVA et les cotisations patronales et salariales. Nous employons 9300 personnes en CDI et, d'après des études indépendantes, environ 130.000 emplois découlent de notre activité".
https://twitter.com/paul_louis_ Paul Louis Journaliste BFM Eco