BFM Business

Cédric O: "Arrêtons avec Amazon, le e-commerce c'est avant tout français"

Le secrétaire d'Etat au numérique Cédric O lors d'une conférence de presse à l'Hotel Matignon, le 22 octobre 2020

Le secrétaire d'Etat au numérique Cédric O lors d'une conférence de presse à l'Hotel Matignon, le 22 octobre 2020 - Ludovic MARIN © 2019 AFP

Le secrétaire d'Etat au numérique ne veut pas appeler au boycott d'Amazon mais préfère mettre en avant le e-commerce français qui représente 80% du marché dans l'Hexagone.

Faut-il boycotter Amazon? Alors que de nombreuses voix se font entendre jusqu'au sein de la majorité pour se détourner du e-commerçant américain, Cédric O a tenu à calmer le jeu ce soir sur BFM Business.

Pour le secrétaire d'Etat en charge du numérique, "Amazon n'est ni une menace, ni une opportunité". il regrette surtout que tout le monde se focalise sur Amazon comme seule alternative à la fermeture des commerces non-essentiels.

"Acheter en ligne ça ne profite pas seulement à Amazon, assure le secrétaire d'Etat. Le e-commerce en France c'est 80% pas Amazon. Nous sommes le seul pays d'Europe où les acteurs locaux sont aussi forts. Nous avons des pépites Mirakl, ManoMano, Cdiscount... Quand l'e-commerce augmente, ça profite d'abord aux Français."

Cédric O n'entend pas faire la guerre à Amazon mais plutôt pousser pour l'écosystème français se développe.

"La solution n'est pas d'ériger des lignes Maginot ou des murs de l'Atlantique, nous devons avoir nos propres Amazon, Google et Apple en Europe, assure Cédric O. Nous voulons des entreprises aussi performantes que les Américains."

Le secrétaire d'Etat a rappelé que le gouvernement avait débloqué dans l'urgence plus de 100 millions d'euros pour aider les petits commerces à passer au numérique et à vendre sur Internet "dans un pays où ces petits commerces sont deux à trois moins digitalisés qu'en Allemagne", regrette Cédric O.

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco