BFM Business

Bruno Le Maire: les géants du numérique sont "les adversaires des États"

"L'un des plus grands défis du 21e siècle (...) c'est l'émergence de géants du numérique qui sont aussi puissants que des Etats, aussi puissants financièrement, aussi puissants technologiquement, aussi puissants en termes commerciaux", a déclaré Bruno Le Maire.

"L'un des plus grands défis du 21e siècle (...) c'est l'émergence de géants du numérique qui sont aussi puissants que des Etats, aussi puissants financièrement, aussi puissants technologiquement, aussi puissants en termes commerciaux", a déclaré Bruno Le Maire. - Ian LANGSDON © 2019 AFP

Les géants du numérique sont aussi puissants que les Etats et sont leurs "adversaires", a estimé ce mercredi le ministre de l'Économie, qui veut les taxer autant que les entreprises françaises.

Les Gafa (Google, Amazon, Facebook, Apple) n'ont qu'à bien se tenir, selon l'exécutif français. "Les géants du numérique, ce sont aujourd'hui les adversaires des États", a déclaré au micro de Radio Classique, Bruno Le Maire.

L'un des plus grands défis du 21e siècle (...) c'est l'émergence de géants du numérique qui sont aussi puissants que des Etats, aussi puissants financièrement, aussi puissants technologiquement, aussi puissants en termes commerciaux", a expliqué le ministre de l'Économie.

"Ce combat nous le gagnerons"

Il a rappelé son combat "pour que ces géants du digital soient taxés au même niveau que les entreprises françaises", se félicitant que cet objectif soit "relayé désormais par la Commission européenne".

Ce combat, nous le gagnerons", a assuré Bruno Le Maire pour qui "la question de la lutte contre les géants du numérique est une question pas simplement économique, elle aussi politique, sociale et financière".

Les pays membres de l'OCDE ont échoué sur un accord

Les pays membres de l'OCDE ont échoué en octobre à trouver un accord sur la fiscalité des grandes entreprises du numérique avant la fin 2020, en raison notamment du blocage des discussions par les Etats-Unis.

Bruno Le Maire avait déclaré en septembre 2020 espérer qu'une solution européenne puisse être trouvée l'an prochain.

En attendant, la France a mis en place une taxation à 3% sur le chiffre d'affaires de ces grands groupes qui ont pour habitude de consolider leurs bénéfices dans les pays européens à la fiscalité la plus avantageuse, comme par exemple l'Irlande.

Frédéric Bergé
https://twitter.com/BergeFrederic Frédéric Bergé avec AFP Journaliste BFM Éco