BFM Business

Danièle Nouy favorable à la disparition des banques les plus faibles de la zone euro

Danièle Nouy sera intransigeante concernant le bilan de santé des banques.

Danièle Nouy sera intransigeante concernant le bilan de santé des banques. - -

A la tête de la supervision bancaire unique de la zone euro, la française Danièle Nouy a déclaré, lundi 10 février, qu'elle envisageait de laisser disparaître les banques les plus faibles du secteur.

La Française Danièle Nouy, récemment nommée à la tête de la supervision bancaire unique de la zone euro, s'affiche partisane de laisser les établissements les plus faibles du secteur disparaître. C'est ce qu'elle affirme dans une interview au Financial Times du lundi 10 février. "Nous devons accepter le fait que certaines banques n'ont pas d'avenir. Nous devons en laisser quelques-unes disparaître de manière ordonnée, et pas forcément essayer de les fusionner avec d'autres institutions", a-t-elle déclaré au quotidien des affaires britannique.

Le mécanisme de supervision unique (MSU) prendra en charge la supervision des plus grandes banques de la zone euro -environ 130 établissements- à compter de novembre, sous les auspices de la Banque centrale européenne (BCE).

Le bilan de santé des banques européennes auquel procédera le nouveau superviseur du secteur ne sera crédible que si certaines d'entre elles échouent, a déclaré Danièle Nouy.

Une faillite bancaire pourrait arriver

"Le président de la BCE a dit que cela était une condition donc je serai d'accord avec lui (...), et il semble précisément que c'est ce que les marchés attendent d'un tel exercice", a encore affirmé Danièle Nouy. "Je n'ai aucune idée du nombre de banques qui ne passeront pas. Ce que je sais, c'est que nous voulons avoir le niveau le plus élevé de qualité (...) et qu'une faillite bancaire pourrait arriver", a continué la Française.

L'instauration du superviseur unique fait partie du projet d'union bancaire qui vise à ce que les banques européennes soient mieux armées face à de futures crises. Danièle Nouy a été officiellement nommée en décembre à la tête de ce nouveau mécanisme de supervision, créé au sein de la Banque centrale européenne (BCE). Elle a pris ses fonctions le 1er janvier 2014.

M. K. avec Reuters et AFP