BFM Business

Retraites: Hollande obtient gain de cause à Bruxelles

François Hollande aurait obtenu victoire à Bruxelles sur les retraites

François Hollande aurait obtenu victoire à Bruxelles sur les retraites - -

Le président français a obtenu lors du sommet européen que les recommandations de la Commission de Bruxelles ne mentionnent plus le relèvement de l'âge légal de départ à la retraite pour la future réforme.

La Commission européenne s'est laissée convaincre par le président français. François Hollande a annoncé, tôt ce vendredi 28 juin, avoir obtenu au cours du premier jour du sommet européen à Bruxelles la confiance de la Commission européenne pour mener sa réforme des retraites: la référence à un report de l'âge légal de départ devrait être remplacée par la mention de "l'âge effectif" dans les recommandations de l'institution à l'Hexagone.

"Deux principes ont été posés", conformément aux demandes françaises, a précisé le chef de l'Etat. Premièrement "les moyens pour atteindre ces objectifs, devaient être laissés aux États", comme l'avait réclamé François Hollande au terme de la première journée du sommet. Ensuite, "les réformes devaient se faire dans le dialogue social, ce qui suppose de ne pas préjuger au départ du résultat", a-t-il ajouté.

L'"âge effectif" remplace l'"âge légal"

La Commission européenne avait publié en mai une série de recommandations qui avait braquer la France. Initialement, la Commission recommandait une réforme avant la fin 2013, par exemple "en augmentant encore l'âge légal de départ à la retraite", une option taboue à gauche puisque le gouvernement souhaite plutôt allonger la durée de cotisation.

Le chef de l'Etat avait déclaré que Bruxelles ne devait pas "dicter" à la France ce qu'elle avait "à faire".

"Pour la réforme des retraites, il a donc été convenu qu'il n'y avait pas de règle particulière qui avait été fixée pour un âge légal des retraites, comme cela pouvait figurer dans une première mouture", a souligné le chef de l'État.

Il n'empêche : la pression reste forte sur l'exécutif français pour mener une véritable réforme des retraites, et non une simple "réformette". Jeudi 27 juin, la Cour des comptes réclamait ainsi des mesures "immédiates" pour combler les défiicts des régimes de retraites.

Nina Godart