BFM Business

Les VTC bloquent les accès au terminal 2 de Roissy

La mobilisation des chauffeurs de VTC va se poursuivre  vendredi, tandis que des heurts impliquant des taxis sont survenus durant la nuit.

Vent debout contre les mesures pro-taxis annoncées par Manuel Valls, les chauffeurs de VTC ont prévu de poursuivre leur mouvement vendredi.

A 5h30, vingt VTC bloquaient ainsi l'accès à l'aéroport de Roissy-Charles-de-Gaulle depuis l'autoroute A1, tandis qu'une opération escargot était en cours sur ce même axe. Le terminal 2 de l'aéroport est ainsi inaccessible. Une déviation a été mise en place pour les automobilistes venant de Paris.

Cette nuit, la situation s'était déjà tendue vers 1h30 du matin Porte Maillot, avec des jets de projectiles opposant une cinquantaine de chauffeurs de taxis. Ce qui a provoqué l'intervention des forces de l'ordre pour les séparer et la dispersion des deux parties, a indiqué la préfecture de police.

Plus tôt, une réunion des représentants des VTC avec le médiateur nommé dans ce conflit s'était achevée sans résultat.

La mobilisation des VTC survient une semaine après l'annonce par le gouvernement de "contrôles incessants" pour traquer les chauffeurs de VTC "fraudeurs" (détenteurs d'une licence de transport collectif LOTI mais effectuant des courses individuelles, au mépris des règles).

Macron en remet une couche

Au soir d'une deuxième journée de mobilisation, le ministre de l'Économie Emmanuel Macron a de son côté fait entendre sa voix plus libérale et moins interventionniste, estimant que "ce n'est pas le gouvernement qui, d'ailleurs, aura à décider quelque chose", mais "celles et ceux qui consomment de la mobilité, et celles et ceux qui offrent de la nouvelle mobilité".

VTC et Loti ont prévu de se retrouver dès vendredi matin à 9h place de la Nation, dans l'est de la capitale. Ils ont levé jeudi vers 19h un rassemblement place de la République, où la préfecture de police avait recensé environ 200 véhicules à la mi-journée. Une cinquantaine se sont rendus en début de soirée à l'aéroport de Roissy, où ils ont bloqué partiellement un accès autoroutier, avant de faire demi-tour face à un déploiement de renforts de CRS.

Y.D. avec AFP