BFM Business

Eric Woerth (UMP): la future réforme des retraites, "signe d'une grande lâcheté politique"

Le député UMP Eric Woerth, invité de BFM Business, a fortement critiqué la future réforme des retraites du gouvernement.

Le député UMP Eric Woerth, invité de BFM Business, a fortement critiqué la future réforme des retraites du gouvernement. - -

Invité de BFM Business, lundi 26 août, l'ex-ministre du Travail s'est montré extrêmement critique vis-à-vis du gouvernement, et des pistes évoquées en vue de la future réforme des retraites.

Il est le dernier ministre à avoir conduit une réforme des retraites en France, avec son lot de manifestations et d'oppositions en tous genres.

Pour autant, Eric Woerth s'est montré extrêmement sévère avec les pistes gouvernementales, évoquées ce lundi 26 août avec les partenaires sociaux.

Sur BFM Business, le député (UMP) de l'Oise s'en est pris, comme Jean-François Roubaud quelques minutes avant lui, au gouvernement qui "ferme des portes".

"C’est le signe d’une très grande lâcheté politique", a assené l'ex-ministre du Travail. "En fermant toutes les portes, on évite tout ce qui est difficile. On enterre d’ailleurs le rapport Moreau, qui parlait d’augmentation de la durée de cotisation, de convergence entre le privé et le public, etc."

"C'est une réforme à la Hollande"

Avant de tacler directement le chef de l'Etat: "on fait une réforme pour les syndicats, pas pour les Français. C’est une réforme à la Hollande, c’est-à-dire que l’on retire tout ce qui peut fâcher, et on garde ce qui ne fâche pas, c’est-à-dire rien du tout."

Pour lui, comme pour l'ensemble de l'opposition de droite, le recul de l'âge de départ à la retraite est inévitable. Car, selon Eric Woerth, "ne passer que par la durée de cotisation et pas par l’âge est profondément injuste. C’est injuste pour tous ceux qui ont décidé de passer des années à se consacrer à des examens, à faire des études. Il faut augmenter la durée de cotisation, et augmenter l’âge de départ à la retraite."

Il a ensuite conclu en faisant part , lui aussi, de son "ras-le-bol fiscal": "on voit bien qu’on est juste dans une simple réforme qui consiste à augmenter les impôts, matraquer fiscalement les Français et les entreprises."

Y. D.