BFM Business

La Banque centrale allemande critique les concessions faites aux gilets jaunes

Le président de la Bundesbank a dénoncé dans une interview parue ce samedi le dérapage budgétaire français entraîné par les concessions faites par le chef de l’État français aux gilets jaunes.

Les mesures prises en France pour calmer la colère des gilets jaunes risquent d'enfreindre aux "règles budgétaires européennes", a critiqué le président de la Banque fédérale d'Allemagne, Jens Weidmann, dans une interview diffusée samedi.

"Le président Macron veut continuer son cours des réformes, c'est une bonne nouvelle", mais "dans l'ensemble, cela devrait être conçu de manière à être conforme aux règles budgétaires européennes convenues d'un commun accord", a déclaré le banquier central allemand au journal "Welt am Sonntag".

L'Assemblée nationale a porté lundi de 2,6% à 2,7% la prévision de déficit public pour 2018, alors que le gouvernement table désormais sur 3,2% en 2019, contre 3% autorisés par le Traité européen. Le catalogue de mesures prises en réponse aux "gilets jaunes" coûtera plus de 10 milliards d'euros, dont 60% financés par du déficit budgétaire.

Une position qui tranche avec celle de Merkel

"Respecter le plafond de 3%" de déficit et "réduire le déficit structurel de manière appropriée" seraient la bonne voie à prendre surtout que "l'économie française se porte bien" et que "la dette reste très élevée", selon Jens Weidmann.

Paris a adopté des mesures pour le pouvoir d'achat tandis que la croissance patine et que la dette publique de la France a atteint 99,3% du PIB à la fin septembre.

La position du patron de la "Buba" tranche avec le soutien affiché mi-décembre par la chancelière allemande Angela Merkel au président français pour juguler la crise des "gilets jaunes", tout en laissant la Commission européenne rappeler les règles budgétaires aux mauvais élèves.

Rome aussi est dans le viseur du banquier allemand. Après l'accord mercredi sur le budget italien annoncé par la Commission européenne et permettant d'éviter pour le moment l'ouverture d'une procédure d'infraction, Jens Weidmann se dit "inquiet de ce que cela signifie pour la future discipline budgétaire dans la zone euro."

"À l'avenir, il sera encore plus difficile pour la Commission et les autres gouvernements d'insister pour que les finances publiques soient saines", prévient-il. Il s'étonne au final qu'il existe encore au sein de la zone euro "des points de vue divergents sur, par exemple, le caractère explosif d'une dette publique élevée et donc le sens des règles budgétaires".

N.G. avec AFP