BFM Business

Retraites: si Hollande renonçait à allonger la durée de cotisation

François Hollande compte augmenter la CSG avant d'allonger la durée de cotisation pour réformer le système des retraites.

François Hollande compte augmenter la CSG avant d'allonger la durée de cotisation pour réformer le système des retraites. - -

Le président de la République ne compterait pas instaurer d'allongement de durée de cotisation avant 2020. Pour réformer les retraites, il envisagerait en premier lieu une hausse de la CSG.

La rentrée gouvernementale se tient ce lundi 19 août avec au menu un séminaire à l'Elysée sur le thème "quelle France pour 2025?". Mais en attendant, le dossier explosif du moment est celui des retraites. La semaine prochaine, Jean-Marc Ayrault reçoit une dernière fois les partenaires sociaux pour leur faire part de ses arbitrages. L'exécutif s'est fixé pour objectif d'essayer tant que possible de préserver la compétitivité des entreprises, sans braquer les syndicats réfractaires.

François Hollande l'a répété, la solution la plus juste selon lui est d'allonger la durée de cotisation. Il pourrait pourtant bien décider de ne pas suivre ses propres préconisations. Selon son entourage, le levier de la durée de cotisation serait activé seulement après 2020 et ne concernerait donc pas les plus de 56 ans. Un revirement susceptible d'apaiser les craintes de certains syndicats.

Hausse de la CSG de 0,1 à 0,5 point

A court-terme, l'exécutif compte trouver les 7 milliards nécessaires pour combler le déficit par une augmentation des prélèvements. La piste qui semble privilégiée est celle d'un relèvement de la CSG. Une telle mesure a l'avantage de concerner tous les revenus, dont ceux du patrimoine.

En revanche, c'est le pouvoir d'achat qui est impacté. Reste encore à savoir de combien. A l'heure qu'il est, l'exécutif réfléchirait à une hausse comprise entre 0,2 et 0,5 point. La fourchette haute représenterait près de 6 milliards d'euros de recettes en plus. Ce qui permettrait non seulement de financer la branche retraites, mais aussi de renflouer les caisses de l'assurance-maladie.

Isabelle Gollentz