BFM Business

Retraites : la réforme à nouveau décalée

Le Haut commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye.

Le Haut commissaire à la réforme des retraites, Jean-Paul Delevoye. - Stéphane de Sakutin / AFP

Jean-Paul Delevoye, le Haut-Commissaire à la réforme des retraites, tentait depuis quelques temps d'obtenir un délai supplémentaire pour mener à bien cette réforme. Il a obtenu le feu vert de Matignon.

« Une légère extension du calendrier ne serait pas nuisible à la qualité de ce gigantesque projet », expliquait récemment Jean-Paul Delevoye qui a obtenu gain de cause auprès du gouvernement. Une fois n'est pas coutume, l'exécutif a en effet décidé de prendre son temps sur cette réforme.

La concertation avec les partenaires sociaux qui devait durer jusqu'en décembre, va finalement se poursuivre jusqu'en mars prochain. Ce qui rend quasi-impossible l'adoption d'un projet de loi à l'été.

Pas d'arbitrage avant les élections européennes

Officiellement, il s'agit de laisser plus de temps à la concertation, d'autant que les sujets à venir sont particulièrement sensibles : remise à plat des régimes spéciaux, gouvernance, pensions de réversion. Mais pour l'exécutif, il s'agit surtout de repousser tout arbitrage après les élections européennes. « Le gouvernement ne veut surtout pas polluer la campagne avec un sujet aussi explosif que la réforme des retraites, qui risquerait aussitôt de se traduire dans les urnes », explique un haut responsable syndical.

Un délai qui permet à l'exécutif de se mettre en ordre de bataille

Pour le gouvernement, il s'agit aussi de se mettre en ordre de bataille. Une véritable task-force politique est en train de se mettre en place autour du Haut-Commissaire.

Trente-huit parlementaires (35 députés et 3 sénateurs), issus de toutes les régions et de toutes les commissions (finance, culture, sociale) viennent ainsi d'être nommés "ambassadeurs retraite". Tous sont pour l'instant en train de se former auprès des équipes du Haut-Commissaire. L'objectif est clair : être fin prêts pour pouvoir désamorcer la polémique lorsque les premières mesures concrètes seront enfin dévoilées.