BFM Business

Jean-Claude Mailly: "Les problèmes sur la réforme des retraites sont très nombreux"

L'ancien secrétaire général de Force Ouvrière pointe du doigt le flou qui entoure actuellement la réforme des retraites et les nombreux problèmes qui se posent encore.

La réforme des retraites présentée par l'exécutif peine pour l'instant à convaincre Jean-Claude Mailly. L'ancien secrétaire général de Force Ouvrière (FO) estime ainsi que de nombreux problèmes restent en suspens, même s'il salue la volonté du gouvernement de ne pas se précipiter et de laisser le dossier ouvert. Le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin avait indiqué la semaine dernière que la concertation autour de la réforme allait encore durer "un petit moins d'un an". 

En attendant, certains syndicats s'inquiètent, à l'instar de Laurent Berger, le secrétaire général de la CFDT, qui craint "une réforme financière". Laurent Berger a ainsi rappelé ce lundi que, pour la CFDT, une réforme des retraites qui serait guidée par l'aspect financier et qui prévoirait un allongement de la durée de cotisation ne serait pas acceptable. Interrogé à ce propos ce lundi dans l'émission "12H L'Heure H" sur BFM Business, Jean-Claude Mailly le craint également, même s'il estime que le dossier reste encore ouvert.

"Ce n'était pas prévu comme cela au départ. Ce n'était surtout pas une réforme financière pendant la campagne électorale. Là je pense qu'il y a une tentative de changement de méthode. C'est évident. Si le président de la République a parlé de l'âge pivot et dit 'je préfère la durée de cotisation', je pense qu'il y a un peu de Delevoye (le haut-commissaire à la réforme des retraite, NDLR) derrière. (...) Cela a au moins le mérite de dire que le dossier est ouvert. Il n'est pas complètement fermé. Maintenant, vous savez, chaque fois que l'on va ouvrir un tiroir sur ce dossier des retraites, il va y avoir un problème. Car les problèmes sont très très nombreux", explique Jean-Claude Mailly.

Avant d'enchaîner : "On voit d'ailleurs très bien les premières réactions, que ce soit chez les salariés ou chez les non-salariés puisqu'il y a toute une série de professions libérales qui appellent à manifester". 

"Il fallait rester sur une réforme générale sans un impact financier"

Si ce dernier admet une forme d'ouverture de la part du gouvernement, il n'en demeure pas moins que cette réforme est, selon lui, "un peu l'arbre qui cache la forêt". Et de poursuivre : "Dans les deux cas, que l'on utilise la durée de cotisation (s'ils veulent l'allonger), ou que l'on utilise l'âge pivot, ça conduit à travailler plus longtemps. La différence avec la durée de cotisation, c'est que vous pouvez intégrer plus facilement les carrières longues".

Aussi, l'ancien secrétaire général de Force Ouvrière espère que les paramètres de la réforme des retraites ne soient pas encore gravés dans le marbre. "Je pense que c'est une erreur. Il fallait rester sur une réforme générale sans un impact financier", relève-t-il. "De mon point de vue personnel, il ne faut toucher ni à la durée de cotisation, ni à l'âge. (...) En France, on a souvent tendance à parler de l'organisation du système avant d'être clair sur les objectifs", a-t-il encore pointé du doigt.

J.C-H