BFM Business

Hollande annonce le "retournement économique"

François Hollande va fêter ses deux ans à l'Elysée

François Hollande va fêter ses deux ans à l'Elysée - -

Alors qu'il fêtera le 6 mai les deux ans de son élection à l'Elysée, le chef de l'Etat prédit un retournement économique même s'il considère que le redressement de la France est loin d'être terminé.

"La reprise est là", avait lancé François Hollande le 14 juillet dernier. La réalité n'avait vraiment été au rendez-vous. Cette fois, pour les deux ans de son élection à l'Elysée, le 6 mai, il affirme dans le JDD que "le redressement n'est pas terminé, mais le retournement économique arrive."

"On est entré dans la deuxième phase du quinquennat", explique le Président au journal. "Cette phase doit se traduire par une croissance plus forte, une compétitivité plus importante, une redistribution du pouvoir d'achat par une baisse des impôts". Et de conclure : "on est dans une autre configuration d'organisation et de méthode et dans une nouvelle conjoncture économique".

Sur Radio J ce midi, Jean-Marie Le Guen, le secrétaire d'Etat aux relations avec le Parlement, a renchérit : ""on est entré dans la deuxième phase du quinquennat, le redressement n'est pas terminé, mais le retournement économique arrive".

Par "retournement, (François Hollande) parle de la conjoncture économique", a ajouté le secrétaire d'Etat. "Nous allons retrouver de la croissance" qu'il convient "d'accompagner". "Nous allons créer de la richesse, de l'emploi".

"Le retournement est le carburant du redressement", qui est selon lui une notion "plus globale" et concerne "les comptes publics, l'industrie, le retour de la confiance, pas seulement l'emploi", selon le responsable socialiste.

Réforme de l'IR

François Hollande n'évoque pas directement le pacte de rsponsabilité et les 50 milliards d'euros d'économies que vient de faire approuver son nouveau Premier ministre, Manuel Valls à l'Assemblée.

Mais la seconde phase du quinquennat qu'il évoque est placée sous le signe de davantage de compétitivité de l'économie française liée à plus de redistribution pour les ménages.

Les premières mesures de redistribution devraient d'ailleurs être contenues dans le collectif bugétaire de juin avec une réforme du barème de l'impôt sur le revenu touchant les foyers modestes.

P.C avec AFP