BFM Business

Hollande défend son action pour la compétitivité et l'emploi

François Hollande défend le pacte de responsabilité ce 28 avril

François Hollande défend le pacte de responsabilité ce 28 avril - -

A l'issue d'une grande réunion sur le thème de l'emploi et la compétitivité ce lundi 28 avril, le président a pris la parole. Il a notamment annoncé vouloir plus d'emplois d'avenir, ainsi que l'extension des contrats de génération aux seniors au chômage.

François Hollande veut accélérer. S'exprimant à l'issue d'une grande réunion, ce lundi 28 avril, sur l'emploi, il a indiqué que le but de cette manifestation était d"aller encore plus vite et plus fort". "Tout doit être fait pour que les entreprises aient une préférence pour l'emploi", a-t-il ajouté.

Il a en ce sens défendu le pacte de responsabilité, déclarant que "le pacte de responsabilité et de solidarité c'est notre stratégie". "C'est un pari: faire confiance aux chefs d'entreprises et aux partenaires sociaux", a-t-il déclaré. "Mais le seul pari qu'il convient de ne pas faire c'est de ne rien faire", a-t-il assuré.

"Un coup d'accélérateur" sur les emplois d'avenir

François Hollande a, par ailleurs, affirmé vouloir mettre "un coup d'accélérateur" pour qu'il y ait davantage d'emplois d'avenir "notamment dans le secteur marchand"'.

Evoquant ensuite les contrats de générations, François Hollande a indiqué avoir demandé au gouvernement "la modification de ces contrats" pour les rendre plus souples. Le but: faire en sort que les seniors au chômage puissent en bénéficier, ce qui n'est pas le cas actuellement.

Il a aussi indiqué avoir fixé un objectif de 100.000 formations qualifiantes pour répondre à 100.000 offres d'emplois non pourvues. "La clef, on le sait, c'est la formation", a-t-il affirmé ajoutant que l'alternance doit "devenir une voie de droit commun vers l'emploi".

Dans ce but, François Hollande a indiqué vouloir faire en sorte que tous les chômeurs de longue durée, "quel que soit leur âge", puissent bénéficier du statut d'apprenti. Le président de la République veut ainsi "ouvrir les entreprises, même les grandes, aux chômeurs de longue durée" pour que ces chômeurs soient formés.

"Un principe de confiance" sur le Crédit d'impôt recherche

Il également affirmé que le pacte de responsabilité et le CICE "vont durer au moins jusqu'en 2017". D'ici là quel avenir pour le CICE? François Hollande a laissé toutes les options sur la table mais il a assuré que "de toute façon les 30 milliards d'euros seront pérennisés".

Enfin, abordant les contrôles fiscaux liés au CIR (crédit d'impôt recherche) dont se plaignent les entreprises, le chef de l'Etat a affirmé vouloir transformer "le principe de suspicion en principe de confiance".

J.M.