BFM Business

Moins de 6 milliards d'impôts nouveaux en 2014

Bernard Cazeneuve, le ministre du Budget, minimise les hausses d'impôts en 2014

Bernard Cazeneuve, le ministre du Budget, minimise les hausses d'impôts en 2014 - -

Alors que François Hollande a décrété la pause fiscale pour 2014, le ministre du Budget affirme, ce 5 septembre, que les hausses d'impôts seront largement inférieures aux 6 milliards d'euros annoncés jusque là.

Le chaud et le froid. Alors que le gouvernement envisage de supprimer des avantages fiscaux profitant aux familles, le ministre du Budget a déclaré, ce jeudi 5 septembre sur Europe 1, que le projet de budget 2014 qui sera présenté le 25 septembre comprendrait "beaucoup moins de six milliards" de prélèvements supplémentaires issus d'impôts nouveaux.

"C'est beaucoup moins de six milliards", a assuré Bernard Cazeneuve sans toutefois préciser le nouveau chiffre. Il a néanmoins confirmé que l'effort en 2014 pour réduire le déficit public prévoyait bien 14 milliards d'euros d'économies sur les dépenses. "Notre objectif est d'aller vers la stabilisation de la pression fiscale avec un an d'avance", affirme Bernard Cazeneuve.

Economies

Ce chiffre de 6 milliards correspondait au 0,3% de PIB de hausse des prélèvements obligatoires évoqué par Pierre Moscovici pour 2014. Il est vrai que depuis le ministre de l'Economie avait évoqué des "efforts moins importants" demandés aux contribuables, particuliers et entreprises, l'an prochain. L'effort pourrait donc être limité à 0,1% de PIB.

En fait, depuis quelques jours, l'exécutif mise sur un regain de croissance en 2014 pour doper les recettes fiscales sans recourir à des prélèvements supplémentaires. Il n'exclut pas non plus de laisser un peu filer le déficit pour passer l'année 2014.

Officiellement, c'est du côté des économies que le gouvernement veut trouver les milliards qui manquent encore. "Chaque économie supplémentaire, ce sont des impôts en moins pour les Français et moi, je veux être le ministre des économies, pas le ministre des impôts", explique-t-il.

P.C et agences