BFM Business

Comment Hollande veut séduire les grands patrons étrangers

François Hollande préside un conseil de l'attractivité de la France ce 17 février à l'Elysée

François Hollande préside un conseil de l'attractivité de la France ce 17 février à l'Elysée - -

Le chef de l'Etat préside, ce lundi 17 février, un conseil stratégique de l'attractivité au terme duquel il devrait annoncer des mesures pour inciter les entreprises étrangères à investir en France.

François Hollande reçoit ce lundi matin à l'Elysée 34 dirigeants étrangers à l'occasion d'un "conseil stratégique de l'attractivité". Hier soir, Jean-Marc Ayrault a déjà reçu à dîner à Matignon 26 d'entre eux. Objectif: démonter que la France est une terre d'acceuil pour les entreprises et les capitaux étrangers. François Hollande devrait d'ailleurs s'exprimer ce matin après ce conseil.

A l'Elysée on le promet, il n'y aura pas de sujet tabou ! Sur la forme, les 34 grands patrons sont invités ce matin à s'exprimer et echanger à huis clos sur tous les sujets, même ceux qui fachent : fiscalité, régulation, liens avec les administrations publics, marché du travail...

Bref, ils sont là pour faire un point sur l'environnement des affaires. Dans l'entourage du chef de l'Etat, on se dit prêt à écouter et prendre en compte toutes les remarques des participants.

Etat d'esprit pro-business

Un état d'esprit pro business que François Hollande assume et affiche depuis le 31 décembre dernier et l'annonce du pacte de compétitivité.

Cette réunion va d'ailleurs lui permettre de vendre une fois de plus ce dernier. Il va aussi rappeler aux PDG réunis à l'Elysée qu'il s'apprête à baisser la pression fiscale sur les entreprises, et à simplifier les procédures administratives les concernant.

Un des principaux objectifs du chef de l'Etat est bien d'attirer les capitaux des pays émergents, comme le Bresil, l'Inde ou la Chine, qui aujourd'hui représentent seulement 1% des investissements etrangers en France.

L'Hexagone accueille déjà 20.000 entreprises étrangères; L'Elysée souhaite accroître de 40% d'ici à 2017 les investissements étrangers grâce au pacte de responsabilité.

Mathieu Jolivet et BFMbusiness.com