BFM Business

Ayrault: "pas d'augmentation de CSG ni de TVA"

Jean-Marc Ayrault détaille sa feuille de route dans une interview ce 2 mars

Jean-Marc Ayrault détaille sa feuille de route dans une interview ce 2 mars - -

Alors que les rumeurs d'un remaniement se multiplient, le Premier ministre réaffirme, ce dimanche 2 mars dans une interview au Parisien, sa volonté de mener à bien la réforme fiscale, sans impôt supplémentaire ni hausse des existants.

Malgré les rumeurs de plus en plus pressantes d'un prochain remaniement, Jean-Marc Ayrault est là et compte bien le rester. C'est du moins ce qui ressort de son interview au Parisien/Aujourd'hui en France de ce 2 mars.

Le Premier ministre y réaffirme que les réformes engagées vont être menées à bien. Il rappelle qu'après les municipales, "le Parlement aura à se prononcer sur le pacte de responsabilité, le programme de stabilité avec les 50 milliards d'économies, mais aussi sur les enjeux de la transition énergétique, la nouvelle étape de la décentralisation (...) l'artisanat et le commerce".

> La CSG progressive enterrée?

"Le Parlement aura aussi à avancer sur la remise à plat de la fiscalité", ajoute-t-il." Les premières mesures interviendront dans la loi de finances pour 2015".

Il confirme que "toutes les prochaines réformes fiscales se feront à prélèvements obligatoires constants. Si nous pouvons diminuer ces prélèvements d'ici la fin du quinquennat, nous le ferons", dit-il. "Mais cela dépendra des efforts en termes d'économies."

"Il n'y aura pas d'impôt supplémentaire, ni d'augmentation ! Que ce soit sur la CSG ou sur la TVA d'ailleurs, comme la droite rêvait de le faire". Ce qui semble signifier qu'il n'est donc pas question de rendre la CSG progressive comme le souhaite nombre de parlementaires PS.

> Maintien du Cice

Concernant la baisse des charges des entreprises promises dans le cadre du pacte de responsabilité, Jean-Marc Ayrault confirme que le Cice va perdurer même si les partenaires sociaux doivent prendre position sur ce point mercredi prochain. "C'est ce vers quoi les choses sont en train de converger", affirme-t-il.

Les premiers chèques au titre du Cice seront envoyés en mai, rappelle-t-il, et il souhaite que "l'usage de ces sommes soit discuté dans les sociétés, par exemple en comité d'entreprise".

> Pas de déremboursement de soins

A propos des 50 milliards d'économies promises par François Hollande d'ici à 2017, Jean-Marc Ayrault revient sur celles sur la Sécurité sociale. "On ne va pas moins bien soigné, ni moins bien rembourser". Mais on peut développer, par exemple, les soins ambulatoires et la vente de médicaments génériques ou à l'unité, estime-t-il.

En revanche, il confirme que les opérateurs de l'Etat vont être mis à contribution pour réaliser des économies. Plusieurs devraient dispaître ou fusionner, insiste-t-il.

> Pas un euro pour les gaz de schistes

Le Premier ministre revient aussi sur les polémiques concernant l'exploitation des gaz de schistes en France. "La loi interdit aujourd'hui l'exploitation des gaz de schistes. Et il n'y aura pas un euro prévu pour la recherche d'une autre technologie (que la fracturation hydraulique, ndlr) dans le programme des investissments d'avenir. Les investissements privilégient la transsition énergétique", lance-t-il, comme pour recadrer son ministre Arnaud Montebourg, favorable à la recherche.

P.C