BFM Business

Jean-Marc Ayrault: "l'Etat va économiser 50 milliards d'euros d'ici 2017"

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault détaillait les enjeux de la remise à plat fiscale ce jeudi 19 décembre sur TF1.

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault détaillait les enjeux de la remise à plat fiscale ce jeudi 19 décembre sur TF1. - -

"De la simplicité, de la stabilité, un impôt efficace" et "des économies jusqu'à 50 milliards d'euros" d'ici la fin du quinquennat, c'est ce qu'a promis le Premier ministre sur TF1 ce 19 décembre.

Sur TF1 ce jeudi 19 décembre, le Premier ministre, Jean-Marc Ayrault a détaillé les objectifs de la remise à plat fiscale engagée par le gouvernement et pris l'engagement que l'Etat ferait des économies de 50 milliards d'euros d'ici la fin du quinquennat.

Le système fiscal français "est tellement complexe que les Français n'y comprennent plus rien et n’ont plus confiance", estime le chef du gouvernement. Il rappelle qu'il y a aujourd'hui en France "plus de taxes et d'impôts que de jours dans une année, plus de 380".

Une multiplicité et une complexité dont "certains profitent pour frauder, et pas parmi les plus modestes". En outre, "la fiscalité française est instable, 20% de nos règles fiscales changent chaque année avec la loi de finances".

Une baisse des impôts en 2015

C'est pourquoi cette remise à plat fiscale doit apporter "de la simplicité, de la stabilité, un impôt efficace pour le travail, l'emploi et l'investissement", indique Jean-Marc Ayrault qui rappelle que loin d'être enterrée, "le chantier est lancé avec le comité de pilotage qui s'est réuni aujourd'hui".

Outre cette réforme, le Premier ministre prend l'engagement "de poursuivre le travail d'économie que nous avons lancé: nous avons encore 50 milliards d'économies à faire d'ici la fin du quinquennat, aussi bien sur les dépenses de l'Etat, que sur la dépense sociale, et celles des collectivités locales".

Interrogé sur la baisse des impôts promise aux Français, il répond que des mesures sur "la fiscalité des entreprises, des ménages et de la protection sociale" sont prévues pour la loi de finance 2015.

En revanche, questionné sur une éventuelle fusion entre l'impôt sur le revenu et CSG, Jean-Marc Ayrault botte en touche. "Nous venons de commencer à discuter, l'instauration de mesures va continuer jusqu'à la fin du quinquennat", élude-t-il.

N.G.