BFM Business

Coronavirus: les pensions de retraite largement affectées partout dans le monde mais pas en France

La pandémie pourrait peser sur le système de retraite français.

La pandémie pourrait peser sur le système de retraite français. - -

L'impact économique de la pandémie actuelle pèse lourdement sur les retraités, déjà confrontés à une importante pression financière. Le recours au chômage partiel menace l'équilibre du système français en l'absence de réforme.

La crise sanitaire va aussi toucher le pouvoir d'achat des personnes âgées. Dans son rapport annuel sur les pensions de retraite dans le monde, le cabinet Mercer tire la sonnette d'alarme.

La récession économique provoquée par la crise sanitaire mondiale a entraîné une réduction des cotisations de retraite, une baisse du rendement des investissements et une augmentation de la dette publique dans la plupart des pays, note David Knox, auteur du rapport au sein du cabinet de conseil en ressources humaines. Inévitablement, cela aura un impact sur les futures pensions, ce qui signifie que certaines personnes devront travailler plus longtemps tandis que d'autres devront se contenter d'un niveau de vie inférieur à la retraite."

Mercer qui note les systèmes de retraites en fonction de leur viabilité estime que le système français va en pâtir. La France perd deux places dans cet index annuel et se retrouve 20ème (contre 18ème en 2019). La valeur globale de son indice est passée de 60,2 à 60,0.

"Sa position reste moyenne faute de réforme permettant d’allonger la durée d’activité (malgré un allongement de l’espérance de vie) et faute d’une amélioration de la transparence des régimes de retraite", juge ainsi Mercer.

Alors que les pensions devraient baisser dès 2021 dans certains pays comme les Pays-Bas, ce n'est pas le cas de la France. Seules les retraites complémentaires du privé (normalement indexées sur l'inflation) devraient être gelées l'année prochaine.

La situation économique fortement dégradée ne permettra pas d'éviter un creusement des déficits avec des cotisations en baisse.

Ajouter de la capitalisation à la répartition?

Si les plans de sauvegarde de l’emploi se multiplient, entraînant la mise au chômage massive d’actifs, le système par répartition va se trouver déséquilibré, faute d’entrées financières suffisantes, précise Christel Bonnet de Mercer. Le régime universel tel qu’esquissé avant la crise devait être uniquement basé sur de la répartition. Ne serait-il pas temps d’accepter un modèle mêlant répartition et capitalisation?"

Et cette situation économique devrait toucher particulièrement les femmes. En France, le niveau moyen de retraite des femmes est près de 40% plus faible que celui des hommes. Cet écart est principalement lié aux rémunérations plus faibles des femmes et au chômage et temps partiels plus fréquents, impactant aussi le minimum retraite. La crise actuelle risque malheureusement de creuser encore l’écart.

Comme les précédentes années, ce sont les systèmes néerlandais et danois qui sont considérés par Mercer comme les deux systèmes les plus viables et efficaces. Au Pays-Bas, le système par capitalisation s'adapte à la conjoncture (d'où les baisses de pension en 2021). Au Danemark, il s'agit d'un système mixte entre répartition et capitalisation dont l'âge légal de départ a été repoussé à 67 ans d'ici 2022 (65 ans aujourd'hui).

Frédéric Bianchi
https://twitter.com/FredericBianchi Frédéric Bianchi Journaliste BFM Éco