BFM Eco

Après le nouveau rejet de l'accord de Theresa May, où va le Brexit?

Les députés britanniques ont pour la troisième fois rejeté le plan de sortie de l'Union européenne négocié par Theresa May, ce vendredi. Comment le Royaume-Uni et l'Union européenne peuvent-ils désormais espérer sortir de l'impasse?

La tension est à son comble au Royaume-Uni. Le scénario d'un Brexit sans accord est "désormais probable", a prévenu la Commission européenne, ce vendredi, alors que les députés britanniques ont refusé pour la troisième fois l'accord de Brexit proposé par Theresa May et négocié avec l'Union européenne. Les implications de ce vote sont "graves", a déclaré la Première ministre britannique, soulignant que le scénario par défaut était désormais un Brexit sans accord le 12 avril.

De son côté, Emmanuel Macron a souligné que ce nouveau rejet (accroissait) "très fortement les risques d'une sortie sans accord". Le président Macron a d'ores et déjà averti que la France était "prête" à accueillir un Brexit sans commun accord conclu entre le Royaume-Uni et l'Union européenne.

  • Vers une sortie de l'UE sans accord, le 12 avril

Le scénario vers lequel Londres et Bruxelles s'acheminent est donc celui d'un Brexit sans accord. Londres a désormais jusqu'au 12 avril pour proposer une solution alternative à l'Union européenne. Sinon, à cette date, le Royaume-Uni sortira de l'Union avec un "no-deal".

Le pays mettrait ainsi fin, sans période de transition ni plan pour la suite de leur relation, à 46 ans d'appartenance à l'UE, quittant du jour au lendemain le marché unique et l'union douanière. Un scénario redouté par les milieux économiques. Les deux parties ont intensifié ces derniers mois leurs préparatifs face à cette éventualité. Mais les députés ont une deuxième fois voté contre ce scénario mercredi et Theresa May y est hostile.

  • Réclamation d'un nouveau report à l'Europe 

Le président du Conseil européen Donald Tusk a réagi dans la foulée du vote ce vendredi, annonçant la tenue d'un sommet européen extraordinaire le 10 avril prochain. Les détails de la rencontre sont encore à déterminer mais, à l'image de ce qui a déjà été fait, Theresa May pourrait participer au début de la rencontre, a ajouté cette même source.

Pour les ministres britanniques, cet énième sommet pourrait être l'occasion de demander aux dirigeants européens un nouveau report de la date fatidique. 

  • Un report du Brexit sur le long terme

Les dirigeants de l'Union européenne ont ouvert la possibilité d'un long report, si l'accord de retrait était rejeté, à condition qu'un changement significatif intervienne entre temps.

Theresa May a dit mercredi qu'elle ne serait plus à son poste pour mener de nouvelles négociations. Cela pourrait constituer le changement réclamé par l'UE puisqu'un nouveau gouvernement conservateur, avec d'autres postulats, serait alors en mesure de rouvrir les négociations avec Bruxelles.

Un long report devrait courir au moins jusqu'à fin 2019, a prévenu la Commission européenne, et être approuvé par les 27. Il implique que le Royaume-Uni prenne part aux élections européennes en mai.

  • La tenue d'élections générales

Autre scénario amenant à un changement de gouvernement: la tenue d'élections générales. Elles peuvent être convoquées si le Parlement et le gouvernement ne parviennent pas à s'entendre sur une solution pour mettre en oeuvre le Brexit.

Le Parlement doit voter lundi une nouvelle fois sur plusieurs options possibles pour le Brexit mais ce vote n'est pas contraignant et Theresa May peut alors décider de convoquer des élections générales pour sortir de l'impasse. Un tel scrutin peut aussi être organisé à la suite du vote d'une motion de censure contre le gouvernement. 

  • Pas de Brexit du tout

Bien que Theresa May refuse ce scénario, il ne peut être exclu au vu du chaos ambiant au Royaume-Uni. Selon la Cour de Justice européenne, le Royaume-Uni peut décider seul de renoncer à quitter l'UE, sans avoir besoin de l'aval des autres États membres.

Mais un tel revirement, soutenu par une minorité de députés, implique l'organisation de nouvelles élections ou d'un nouveau référendum qui renverserait le résultat de la première consultation, en juin 2016, au résultat acquis par 52% des voix.

Jeanne Bulant avec AFP