BFM Business

Brexit: cette pénurie de palettes qui menace le Royaume-Uni en cas de "no-deal"

Le Royaume-Uni risque de manquer de palettes en cas de Brexit sans accord

Le Royaume-Uni risque de manquer de palettes en cas de Brexit sans accord - LOUISA GOULIAMAKI / AFP

En cas de Brexit sans accord, le Royaume-Uni se verra attribuer de nouveau le statut de "pays tiers" par l'Union européenne et devra se soumettre à des règles internationales pour faire exporter ses marchandises sur le continent. Or, moins d'un tiers de ses palettes permettant d'acheminer les produits respectent les normes de l'OMC actuellement.

Le Brexit sème la panique dans l’industrie britannique de la distribution. La semaine dernière, le ministère de l’Environnement, de l’Alimentation et des Affaires rurales (DEFRA) a fait savoir aux chefs d’entreprise que le Royaume-Uni manquerait de palettes de livraison conformes aux normes internationales en cas de sortie sans accord.

Utilisées pour exporter les marchandises, ces palettes sont soumises à des contrôles et au respect de normes strictes établies par l’OMC lorsqu’elles arrivent dans l’UE en provenance d’un pays tiers. Comme l’explique Business Insider, elles doivent être traitées thermiquement et nettoyées pour éviter toute contamination mais également comporter des marques spécifiques. Les règles en la matière pour les échanges entre les Etats-membres sont en revanche beaucoup plus souples.

Loin d’être anecdotique, cette législation risque de toucher fortement les Britanniques en cas de hard Brexit. Et pour cause, si le Royaume redevient pays tiers, il n’aura pas suffisamment de palettes conformes pour assurer ses échanges avec le continent, a prévenu le DEFRA. Moins d’un tiers de celles dont il dispose serait approprié au marché européen. De quoi inquiéter le secteur de la distribution lorsque l’on sait que trois millions de palettes transitent chaque mois entre l’île et le continent.

Réunion d'urgence mardi

Dans ces conditions, les entreprises privées de palettes pourraient mettre des semaines à exporter leurs marchandises. Mardi, le DEFRA tiendra une réunion avec "les représentants de l’industrie des produits alimentaires et des boissons". Ces mêmes représentants disent aujourd’hui avoir du mal à comprendre comment l’annonce de cette potentielle pénurie à venir a pu se faire si tardivement, un peu plus d’un mois seulement avant la sortie prévue du Royaume-Uni de l’UE.

"La période de transition devait nous donner deux ans nécessaires pour nous préparer", a confié un industriel à Business Insider. "Maintenant, nous essayons d’être prêts en à peine quelques semaines. Quel genre de fou fait cela?", s’interroge-t-il. Selon de hauts responsables de l’industrie agroalimentaire au Royaume-Uni, une entreprise sur huit pourrait cesser ses activités si le Royaume-Uni quittait l’UE sans un accord de retrait.

Mercredi, les députés britanniques ont apporté leur soutien à la nouvelle stratégie de Theresa May sur le Brexit. Les élus ont voté pour un amendement soutenant le report du Brexit si jamais ils rejetaient l’accord qu’elle cherche actuellement avec Bruxelles ainsi que la proposition d’une sortie sans accord.

Paul Louis