BFM Eco

Brexit: Macron assure que la France est "sans aucun doute" le pays le mieux préparé en cas de "no-deal"

Emmanuel Macron

Emmanuel Macron - AFP

Devant des élus des Hauts-de-France ce vendredi, le chef de l'État a assuré que la France était, "sans aucun doute", "le pays le plus prêt" à affronter un Brexit sans accord.

La France est "le pays le plus prêt", parmi ceux qui sont directement concernés, à gérer les conséquences d'un Brexit sans accord, même s'il faudra "accélérer" les préparatifs" et négocier avec Londres sur la pêche, a déclaré Emmanuel Macron devant des élus des Hauts-de-France.

"Si le 12 avril les Britanniques ne donnent pas leur accord, on ira vers une absence de deal et un Brexit dur avec toutes les conséquences que cela comporte", a-t-il averti, juste avant le troisième rejet par les députés britanniques de l'accord négocié par Theresa May avec l'Union européenne. Dans ce cas "on accélérera la phase finale de préparation, mais nous sommes le pays le plus prêt parmi ceux directement concernés, sans aucun doute".

Interrogations sur le sort des pêcheurs français

Interrogé par des élus du Nord sur le sort des pêcheurs français, qui travaillent largement dans les eaux britanniques, "on a commencé à avoir un dialogue avec les Britanniques sur ce point", a-t-il dit. Ils peuvent "garder 100% de l'accès à leurs eaux mais ils ne peuvent transformer [le produit de leur pêche] sans les autres pays européens". Nous ne sommes pas désarmés. c'est une logique de terreur mais nous sommes interdépendants", a-t-il assuré.

La France veillera aussi à "garder l'attractivité de ses ports et zones de transit". "25% du commerce communautaire passe par le tunnel, personne n'a envie que ça ne marche pas, eux les premiers", a-t-il ajouté.

Approuvant le terme de "conflit naval" employé par le maire de Boulogne-sur-mer, Frédéric Cuvillier, il a promis que l'Etat "sera en défense mais aussi avec vous à l'attaque pour trouver une issue favorable", dans le dialogue avec Londres. "Les élus les plus impactés seront associés à la discussion", a-t-il ajouté. Craignant un "bataille extrêmement violente dans quelque semaines", le maire avait averti que "60% de la pêche est en eaux britanniques" et que 400 entreprises et 6000 emplois dépendent du bras de fer entre l'Europe et le Royaume-Uni".

Jean-Christophe Catalon avec AFP