BFM DICI
bfmdici

Hautes-Alpes: malgré la contestation, l’antenne 5G en cours d'installation à Champoléon

Les ouvriers sont revenus jeudi matin pour installer l'antenne-relais.

Les ouvriers sont revenus jeudi matin pour installer l'antenne-relais. - BFM DICI

Bloqués mercredi par les manifestants, les ouvriers de l'entreprise toulousaine chargée de l'installation de l'antenne sont revenus jeudi matin.

La victoire des militants n’aura pas duré longtemps. Alors que les défenseurs de la "Zab" ("zone à brebis") ont réussi hier à empêcher l’installation d’une ancienne-relais de dix-huit mètres de haut à Champoléon, les ouvriers de l'entreprise toulousaine chargée de l’installation sont revenus sur la zone ce jeudi matin.

L’antenne-relais devrait donc être installée rapidement. Un léger dispositif de sécurité a même été mis en place pour éviter un nouveau blocage des militants.

Les militants demandent une consultation publique

Les militants de la "Zab" restent toutefois mobilisés. Ils disent ne pas comprendre cette nouvelle opération réalisée sans concertation, alors même qu’ils ont demandé un moratoire sur l’installation de l’antenne. Le député des Hautes-Alpes, Joël Giraud, avait d’ailleurs écrit une lettre à la préfecture à ce sujet, demandant une consultation publique autour du projet.

Mercredi, une quinzaine de militants s’étaient rassemblés sur la "zab" pour empêcher l’installation de l’antenne. Des tensions avaient alors éclaté entre les manifestants et les ouvriers, nécessitant une intervention des gendarmes.

Bloqués, les ouvriers avaient finalement fait demi-tour après l’intervention des forces de l’ordre.

Les habitants de la vallée avaient créé la "Zab" en mai dernier pour protester contre le projet d'installation de cette antenne. Un projet qu'ils jugent "obsolète", car il se base sur une étude datant de 2016, alors que la fibre optique a entre-temps été installée sur la zone.

De son côté, l'opérateur mobile à l'origine de l'opération avait affirmé en février que l'installation de l'antenne-relais permettrait une meilleure couverture réseau du secteur, ce qui améliorerait entre autres les conditions de sécurité pour les automobilistes et les randonneurs.

Marianne Rey et Laurène Rocheteau