BFM Auto

Volvo va brider ses voitures pour faire lever le pied à ses clients

Le Volvo XC90 offre actuellement une vitesse maximale de 230 km/h... mais ce sera sans doute fini en 2020.

Le Volvo XC90 offre actuellement une vitesse maximale de 230 km/h... mais ce sera sans doute fini en 2020. - Volvo

Volvo va brider à 180 km/h ses nouveaux modèles vendus à partir de 2020. La marque suédoise réfléchit aussi à imposer une limite automatique à proximité des écoles ou des hôpitaux.

Volvo vient d'annoncer que ces nouveaux véhicules seront bridés à 180 km/h à partir de 2020. Une mesure qui peut paraître anodine vu que, hormis en Allemagne, la plupart des pays limitent en effet la vitesse à 130 voire à 120 km/h, mais qui devrait faire réagir, en France notamment. La sécurité routière s'est en effet imposé comme un des thèmes du grand débat et le gouvernement pourrait revenir sur la mesure contestée du passage à 80 km/h.

La sécurité au coeur de la communication de Volvo

Pour Volvo, il s'agit de mettre en avant sa priorité absolue: améliorer la sécurité à bord de ses véhicules. En 2008, la marque suédoise avait en effet affiché son objectif de n'avoir "plus aucun mort ni blessé grave dans une Volvo de dernière génération à l’horizon 2020".

Or, si la marque communique actuellement dans ses spots télévisés sur le freinage automatique d'urgence, elle s'est rendue compte que la vitesse était également un levier d'action. 

"Les données concernant les accidents de la route de la NHTSA (National Highway and Traffic Safety Administration) montrent qu’en 2017, 25% des morts sur les routes des États-Unis étaient imputables à un excès de vitesse", explique Volvo. Un chiffre qui avait récemment été évoqué pour contrer la proposition d'un sénateur américain visant à instaurer des autoroutes sans limitation de vitesse en Californie.

Vers des initiatives plus poussées?

Sans doute plus intéressant que la limitation à 180 km/h (qui reste bien au-dessus des limitations en vigueur dans la plupart des régions du globe), Volvo explique aussi que la vitesse pourrait être bridée à proximité de lieux sensibles.

"L’entreprise étudie aussi comment une maîtrise raisonnée de la vitesse associée à des technologies de géolocalisation pourrait permettre de limiter automatiquement la vitesse à proximité des écoles et des hôpitaux à l’avenir", explique la marque dans son communiqué.

Volvo lance même le débat sur la manière dont elle pourrait prévenir encore plus le risque d'accident:

"Nous lançons le débat : les constructeurs ont-ils le droit, voire l’obligation, d’installer des systèmes embarqués qui modifient le comportement du conducteur pour lutter contre les excès de vitesse, la conduite en état d’ivresse ou la distraction?, s'interroge le patron de Volvo Håkan Samuelsson. Nous n’avons pas de réponse catégorique à cette question, mais nous pensons devoir prendre les devants et faire figure de pionniers."

Si Volvo va au bout de cette démarche, peut-être trouvera-t-on bientôt de série dans ses voitures un éthylotest anti-démarrage ou un système de surveillance du conducteur.

Julien Bonnet