BFM Business

La mobilité électrique, nouveau coeur de métier de Volkswagen

Le constructeur allemand dévoile ce lundi sa stratégie concernant les batteries pour ses véhicules électriques. VW compte ouvrir six usines de production de batteries et se positionne clairement comme le Tesla européen.

Comme Renault, PSA et Saft ou encore Tesla, Volkswagen aura bientôt son usine de production de batteries. Enfin, ses usines. Lors de son premier PowerDay, une conférence consacrée ce lundi à la stratégie du géant allemand dans ce domaine, Volkswagen a annoncé vouloir démarrer d'ici 2030 la fabrication de batteries et de cellules sur six sites européens. Le groupe veut ainsi multiplier ses capacités face à l'accélération attendue des ventes de voitures électriques, selon un communiqué.

"Seul ou avec des partenaires", Volkswagen prévoit "d'opérer jusqu'à six gigafactories", a déclaré le patron Herbert Diess, utilisant le terme introduit par le fondateur de Tesla Elon Musk, régulièrement cité par le groupe allemand comme le concurrent à imiter et rattraper.

Deux premières usines en Allemagne, en Suède

Parmi les six usines, qui auront une capacité totale de 240 gigawattheures (GWh), une sera située à Zalzgitter, en Allemagne, un important site de Volkswagen, elle doit ouvrir en 2025. Une deuxième est déjà en cours de construction en Suède en partenariat avec l'entreprise Northvolt, spécialiste des batteries dans lequel Volkswagen va augmenter sa participation. Ce devrait être la première "gigafactory" à ouvrir, dès 2023.

"Pour les autres usines, la localisation et des partenaires possibles sont en cours d'évaluation", précise le constructeur dans son communiqué. Et la France pourrait aussi accueillir une usine du constructeur allemand.

"Nous voulons ouvrir la troisième (usine) en Espagne, au Portugal ou en France" d'ici 2026, a annoncé Thomas Schmall, directeur technique du groupe. "Cela dépendra de l'endroit où nous aurons les meilleures options", a-t-il ajouté devant une carte identifiant la péninsule ibérique ainsi que le sud-ouest de la France comme localisations possibles.

Volkswagen, qui investit plus de 30 milliards d'euros dans son virage électrique, compte également réduire de "jusqu'à 50%" les prix des batteries en misant sur un modèle unique pour 80% de ses voitures et de vastes économies d'échelle.

Investir dans les bornes de recharge

Le groupe allemand a également annoncé un investissement de 400 millions d'euros d'ici 2025 dans le réseau de recharge européen pour multiplier par cinq le nombre de points de recharge rapide et couvrir avec ses partenaires un tiers de la demande.

Volkswagen a signé des partenariats avec le groupe britannique BP, l'Espagnol Iberdrola et l'entreprise italienne Enel.

L'électrique "est la seule solution pour réduire rapidement les émissions de la mobilité", a dit Herbert Diess. Face à la législation européenne plus contraignante sur les émissions de CO2, la part de voitures purement électriques parmi les ventes de Volkswagen "va doubler à près de 60%" en moins de 10 ans.

C'est pourquoi "les capacités de batteries doivent croître en parallèle", a résumé Herbert Diess.

Plan de licenciement et SUV électrique

Ces différentes annonces interviennent dans un contexte particulier pour Volkswagen, traversé depuis plusieurs mois par une crise de sa gouvernance alors qu'Herbert Diess essaie de transformer en profondeur le constructeur allemand, en faire une marque technologique, pour rattrapper Tesla.

Dimanche, le constructeur avait annoncé un plan de suppression d'emploi qui pourrait monter jusqu'à 5000 postes d'ici 2023 pour réduire ses coûts afin, notamment, de financer ses investissements dans la voiture électrique.

L'annonce de ce plan intervient aussi alors que Volkswagen démarrera le 26 mars les livraisons en France de l'ID.4, son premier SUV électrique. Un véhicule stratégique alors que Tesla lancera cette année aussi en Europe le Model Y, son SUV, et bâtit actuellement une usine en Allemagne, près de Berlin. Une étude récente du banquier UBS soulignait que le constructeur allemand était le mieux armé parmi les constructeurs historiques pour résister au géant californien.

Pauline Ducamp
https://twitter.com/PaulineDucamp Pauline Ducamp avec AFP Cheffe de service BFM Auto