BFM Business

Les 5 éléments-clés du nouvel Autopilot de Tesla

Avec la mise à jour de son Autopilot, les véhicules Tesla peuvent désormais freiner devant de gros animaux comme les élans mais malheureusement pas les biches

Avec la mise à jour de son Autopilot, les véhicules Tesla peuvent désormais freiner devant de gros animaux comme les élans mais malheureusement pas les biches - Wikimedia

Tesla vient d’annoncer le contenu de sa mise à jour 8.0. Comme attendu notamment après un premier accident mortel le mois dernier, c’est son système de conduite semi-autonome, l’Autopilot, qui a été amélioré par la marque californienne. Retour sur les principaux points de cette annonce.

1 - Une mise à jour pour (presque) toute la flotte Tesla

Les propriétaires de véhicules Tesla, ou ceux en attente de livraison, peuvent être rassurés. Il n’y aura pas besoin de repasser commande ou d’effectuer de modifications sur leur modèle. La mise à jour du système embarqué sur les Model S et Model X, disponible d’ici deux semaines, passe en effet par une utilisation accrue du radar, déjà présent sur le véhicule depuis la mise en service de son service de conduite semi-autonome en 2014.

2 - Joshua Brown serait toujours vivant

Jusqu’à présent, l’Autopilot fonctionnait surtout via la caméra placée derrière le rétroviseur intérieur et les capteurs à ultrason. Il fonctionnera donc désormais surtout avec le radar. Cette dernière mise à jour aurait probablement sauvé Joshua Brown, a rapporté Elon Musk lors de la conférence de presse ce dimanche. En mai dernier en Floride, cet Américain devenait officiellement la première personne à mourir au volant d’une Tesla en Autopilot. Le radar aurait lui pu repérer le poids lourd percuté lors de l’accident.

L'écran situé derrière le volant lorsque le mode Autopilot est activé
L'écran situé derrière le volant lorsque le mode Autopilot est activé © Tesla

3 - Les mauvais usages de l'Autopilot sanctionnés

Tesla a toujours indiqué que son système de conduite semi-autonome nécessitait toute la vigilance du conducteur, ce dernier étant censé pouvoir reprendre le volant à tout moment. Elon Musk a ainsi souligné que c’était souvent des conducteurs expérimentés, comme le malheureux Joshua Brown, qui prenaient des libertés avec l’Autopilot.

Avec l'habitude, ils ne pendraient plus la peine de surveiller la route lorsque ce mode est activé et habitués à remettre les mais sur le volant uniquement lorsque qu’une alarme retentit. Pour mettre fin à ces abus, le conducteur roulant un peu trop en mode mains libres sera désormais privé temporairement d’Autopilot. Le service ne pourra alors être réactivé uniquement après être passé en mode parking.

4 - Capable de repérer un élan, mais gare aux biches !

Pour illustrer les progrès réalisés par l’Autopilot, Elon Musk a donné plusieurs exemples décalés d’objets désormais plus facilement détectables par ses véhicules. Après l’introduction du mode de défense contre les attaques bactériologiques en 2015, les fans de science-fiction seront ainsi ravis d’apprendre que leur Tesla s’arrêtera automatiquement si un vaisseau spatial extraterrestre se pose au milieu de la route. Le freinage d’urgence pourra se déclencher face à un animal de la taille d’un élan, a précisé Elon Musk, mais pas devant une petite biche. Sorry Bambi… On attend de savoir si pour la France, le sanglier, le chevreuil ou le cerf seront détectés. Ce sont en effet les principaux animaux à risque dans le pays selon les statistiques de la prévention routière.

5 - Moins de freinages intempestifs grâce à la géolocalisation

Avec un conducteur qui doit rester capable de réagir à tout moment, le système Autopilot ne prend pas de risque lorsqu’il a un doute pour ne pas déclencher de freinage d’urgence intempestif. Ce sera d’autant plus le cas avec cette nouvelle version qui pourrait détecter davantage de sources potentielles de collision. Mais Tesla a la parade et Elon Musk a précisé que chaque faux signalement sera recensé par la marque. Ce signalement, regroupant les coordonnées GPS et la forme de l’objet ayant déclenché une fausse alerte, sera transmis aux autres véhicules pour que cela ne se reproduise plus. A noter par ailleurs que le freinage automatique pourra désormais se déclencher même si l’Autopilot est désactivé mais que le véhicule anticipe une collision avec une probabilité proche de 100%.

Julien Bonnet