BFM Business

Ce site internet vous propose le trajet "le plus sûr" en voiture

Périphérique intérieur ou extérieur? Attention, le trajet le plus rapide n'est pas forcément le plus sûr.

Périphérique intérieur ou extérieur? Attention, le trajet le plus rapide n'est pas forcément le plus sûr. - Wikimedia commons MPD01605

Vous connaissiez le trajet le plus rapide, le plus court, le plus économique: voici le trajet sur lequel vous risquez le moins d'avoir un accident. Une solution proposée par l'assureur Groupama à partir du fichier national des accidents sur les 7 dernières années.

Sur la route, les conducteurs n'ont pas tous la même philosophie. Certains veulent arriver le plus rapidement possible à destination, d'autres emprunter la route la moins longue en distance parcourue et d'autres encore le trajet le plus économique, en évitant l'autoroute par exemple. Des options déjà proposées par de nombreux GPS ou applications pour smartphone

Un site dédié

L'assureur Groupama propose de son côté une nouvelle option: le trajet le plus sûr, disponible sur un site dédié, accessible depuis un PC ou un smartphone, et qui reprend cette priorité à la sécurité dans letrajetleplussur.fr

Comme sur un site classique, il suffit d'entrer son lieu de départ et d'arrivée. Le site vous propose alors deux options: le trajet le plus rapide et, donc, le plus sûr, généralement un peu plus long. Pour parvenir à ce résultat, Groupama s'est appuyé sur "les données gouvernementales des accidents de la route des 7 dernières années, avec leur localisation précise", détaille le descriptif du site. L'algorithme créé à partir de ces données permet ainsi "d'éviter les routes les plus accidentogènes sans dépasser 20% en moyenne de temps de trajet". 

Un service encore à améliorer

Premier test sur un trajet assez court, 11 km, en région parisienne, le site m'indique: "Non ce n'est pas une erreur. Le trajet le plus sûr est aussi le trajet le plus rapide pour atteindre votre destination". 

Deuxième essai avec un trajet entre Porte de Versailles et Aubervilliers (capture d'écran ci-dessous). Ici deux options: le plus rapide, 29 minutes, est indiqué en rouge avec une inquiétante mention "+955 accidents". L'autre option, en vert prend 3 minutes de plus mais m'est présentée comme le trajet le plus sûr.

-
- © -

Si je clique sur "le trajet plus rapide", la carte se grise et un message inquiétant apparaît: "Etes-vous sûr de vouloir prendre une route avec 955 accidents en plus?" Si je choisis plutôt le fameux "trajet le plus sûr", j'ai le droit aux détails du trajet, avec les différentes directions à suivre sous forme de liste.

A noter que la différence en distance à parcourir n'est pas affichée, ici 18,5 km pour le plus rapide, 20,7 km pour le plus sûr (pas une grande différence donc mais c'est dommage de ne pas l'afficher).

Cela pose en revanche plus de problème sur un itinéraire beaucoup plus long même si ce n'est sans doute pas la vocation première de ce service: sur un Paris-Marseille, l'itinéraire le plus sûr, trois accidents en moins seulement, nécessite 13h32 de route... contre 6h58 pour le trajet le plus rapide. 

-
- © -

Autre remarque: il n'est pas possible de transférer cet itinéraire à une application ou boîtier GPS classique et on doit donc se contenter de la liste des directions à suivre. Il est possible de partager cet itinéraire sur les réseaux sociaux mais dans mon cas, ni le lien vers Facebook ou Twitter n'ont fonctionné. L'envoi par mail s'est lui aussi soldé par un échec, le lien reçu me renvoyant bien vers le site mais ce dernier n'a pas réussi à charger l'itinéraire.

Plus une expérience de sensibilisation qu'un réel outil

Le mail reçu précise en revanche: "N’hésitez pas à faire connaître cette initiative autour de vous car c’est dans l’intérêt de tous: plus nous serons nombreux à emprunter le trajet le plus sûr, plus la sécurité de chaque automobiliste sera renforcée". On comprend ainsi qu'on est davantage face à une campagne de sensibilisation qu'un réel outil, même si cela semble bien être le but à terme. 

Autre évolution attendue, surtout vu que la démarche vient d'un assureur, une éventuelle relation avec les systèmes de "Pay as you drive" lancés par plusieurs compagnies. On peut ainsi imaginer qu'un automobiliste qui emprunterait le plus souvent "le trajet le plus sûr" bénéficierait d'une réduction de sa prime d'assurance, logique vu que cela prouverait une baisse du risque de sinistre. 

Julien Bonnet