BFM Business

Quand l’utilisation du GPS désactive une partie de notre cerveau

Le GPS pourrait condamner à terme le développement du sens de l'orientation chez l'humain.

Le GPS pourrait condamner à terme le développement du sens de l'orientation chez l'humain. - Flickr c.c. @iwona_kellie

Des chercheurs ont montré que lorsque des conducteurs utilisent un GPS, les zones du cerveau qui servent à l’orientation et à la prise de décisions sont moins actives.

Bien pratique pour circuler, le GPS ne nuit-il pas à nos facultés cérébrales? On peut s’en convaincre avec les multiples cas de conducteurs trompés par leur boîtier au point de se retrouver à plusieurs centaines de kilomètres de la destination souhaitée, comme ce car belge en 2015 ou ces touristes asiatiques en 2013.

Des cas extrêmes qui témoignent d'un certain excès de confiance, conséquence du relâchement du cerveau humain lorsqu’il suit aveuglément les instructions de son système de navigation, embarqué ou sur smartphone. Et un relâchement désormais prouvé scientifiquement.

Vers la mort du sens de l'orientation?

Des chercheurs viennent en effet de réaliser une expérience à ce sujet, indique un article de Futura Santé, reprenant les conclusions d'une étude publiée par la revue Nature. Un groupe de personnes a appris à évoluer en voiture dans le quartier de Soho, à Londres, puis a été confronté à un film montrant un déplacement dans la capitale britannique. Pendant le visionnage de ce film, un scanner analysait différentes zones du cerveau des cobayes: l’hippocampe (pour la mémoire et l’orientation) et le cortex préfrontal (pour la prise de décisions).

A certains moments, le film s’arrêtait, les laissant choisir la meilleure route pour rejoindre leur destination. Lorsque les participants devaient se repérer par eux-mêmes, les zones du cerveau testées affichaient un pic d’activité. Ce qui n’était pas du tout le cas avec l’utilisation d’un GPS pour les guider. Reste à savoir si les générations de conducteurs habitués à rouler uniquement au GPS auront un jour perdu tout sens de l'orientation. 

Julien Bonnet