BFM Business

Ventes automobiles: le marché de l'occasion atteint de nouveaux sommets

Image d'illustration

Image d'illustration - Eric Piermont - AFP

Avec plus de 517.000 ventes au mois d'avril, le marché de l'occasion s'affiche en hausse de 2,9% par rapport à avril 2019, alors que le marché du neuf ne retrouve pas encore son niveau d'avant-crise. Résultat: un ratio record, avec 3,57 occasions achetées pour une neuve.

Le marché de l'occasion repart fort. En avril, les ventes ont progressé de 2,9% par rapport à avril 2019, d'après les données d'Autoscout 24. Dans le même temps, le marché du neuf peine à retrouver son niveau d'avant crise, avec un marché en baisse de plus de 25% le mois dernier, toujours par rapport à avril 2019.

Un marché déjà au-dessus des 2 millions de ventes

Depuis le début de l'année, il ne s'est tout simplement jamais autant vendu de voiture de seconde main en France, avec un peu plus de 2 millions d'immatriculation, un chiffre en hausse de 44,8% par rapport à l'an dernier, mais surtout de 8,7% par rapport à 2019. "Le précédent record datait de 2017 avec 1.923.989 immatriculations", précise Autoscout24.

Un record en volumes qui se traduit également par un ratio des ventes d'occasion rapportées au neuf au plus haut. Sur les quatre premiers mois de l'année: quand une voiture neuve est vendue, ce sont 3,57 voitures d'occasion qui trouvent dans le même temps preneur. Un chiffre légèrement plus élevé si on compare au chiffre de 2020, avec un ratio de 3,34, et qui marquait un record sur une année complète.

Disponibilité et prix attractifs

Mais comment expliquer un tel succès dans une France encore marquée par des mesures limitant les déplacements en raison de la crise sanitaire?

Le marché automobile d’occasion n’a pas été impacté par le confinement du mois d'avril 2021. Au contraire, l’incertitude sur l’avenir économique et les difficultés d’approvisionnement semblent encourager les consommateurs à se tourner de plus en plus vers l’occasion au grand détriment des véhicules neufs", explique Vincent Hancart, directeur général d’AutoScout24 France.

Après les fermetures d'usines liées à la crise sanitaire l'an dernier, l'industrie automobile subit depuis un certain temps la pénurie de semi-conducteurs. Un problème de disponibilité que ne connaît pas vraiment le marché de l'occasion, qui séduit aussi les acheteurs par des prix plus abordables.

Forte baisse du Diesel

Logiquement, la faiblesse du marché du neuf ces dernières années se ressent tout de même. "Le segment des très jeunes occasions (moins d'un an), qui souffre d'un manque d’offres, chute de -22,4% en parts de marché, à 9,8% en avril", souligne AutoScout24.

La baisse des ventes de Diesel se ressent aussi sur le marché de l'occasion. En neuf, depuis le début de l'année, les voitures au gazole représentent une vente sur quatre, contre une vente sur trois à la même période l'an dernier.

Une tendance qui gagne aussi l'occasion: même si les voitures diesels représentent encore plus d'une vente sur deux, à 56,5% de parts de marché en avril, cela représente une baisse importante par rapport aux 70% qu'on constatait encore en 2014.

C'est avant tout l'essence qui en profite, à près de 40% des ventes. En forte progression, les parts de marché des hybrides et des 100% électriques restent encore marginales, avec respectivement 3,07% et 0,87% des ventes d'occasion au mois d'avril.

https://twitter.com/Ju_Bonnet Julien Bonnet Journaliste BFM Auto