BFM Auto

Quand acheter sa voiture pour bénéficier des plus grosses remises

Certains constructeurs multiplient les promotions très intéressantes ces dernières semaines. Si la politique des remises systématiques est révolue, certaines périodes restent cependant plus propices à la ristourne en concession.

Une remise de 4300 euros sur une Opel Corsa, ou encore 5500 euros de moins sur un Renault Espace neuf en concession. Le magazine Challenges listait la semaine dernière les rabais les plus importants dont peuvent actuellement bénéficier les clients sur une voiture neuve.

En fin de mois ou en fin d'année

L’époque où il valait mieux changer de voiture en été pour acheter moins cher est cependant révolue, depuis la disparition des années-modèles. Jusqu’en 2000, les constructeurs amélioraient en effet chaque année leur modèle début juillet. Et bradaient donc la voiture du millésime précédent. L’occasion de faire de bonnes affaires et de partir en vacances avec une voiture neuve. En 2018, trouver des remises s’avère plus aléatoire.

"Contrairement à l’électronique, l’automobile n’est pas un secteur cyclique, du point de vue du consommateur, tempère ainsi Guillaume Paoli, fondateur d’Aramis Auto. Il ne faut cependant pas oublier que les constructeurs, et donc les concessionnaires, ont des objectifs de vente chaque mois. Mieux vaut donc venir en fin de mois, pour avoir une chance de négocier le prix de sa future voiture".

Cette réalité vaut en particulier en fin d’année. "Si le constructeur n’a pas atteint son objectif annuel, venir à partir du 15 décembre peut être intéressant, car la marque voudra écouler son stock", souligne Flavien Neuvy, président de l’Observatoire Cetelem de l’Automobile.

Finis les rabais sur les nouveautés

Néanmoins, la négociation semble aujourd’hui moins facile qu’au plus fort de la dernière crise, entre 2012 et 2014. Le marché automobile se porte en effet très bien, la demande est justement forte après les années de crise. Dans cette période de rattrapage, les constructeurs se montrent moins enclins à négocier. Surtout sur les nouveaux modèles. "Il y a très peu de remise sur les voitures en lancement. Par exemple, sur un Peugeot 3008, il n’y a aucune remise car Peugeot n’arrive déjà pas à servir ses clients, suite à la demande", poursuit Guillaume Paoli.

Sur un modèle en fin de vie, ou un modèle qui se vend mal, une fenêtre de négociation s’ouvre. Le constructeur doit en effet écouler ses stocks. C’est par exemple le cas du dernier Espace, dont les performances ne sont pas au rendez-vous. Ces dernières années, les marques ont cependant fortement réduit la production de stocks de véhicules, préférant la fabrication à la commande. La location longue durée a également changé les pratiques.

"Il est bien moins évident de négocier un loyer par mois qu’un prix facial de véhicule, ajoute Flavien Neuvy. On négocie une voiture qu’on achète comptant à 25.000 euros, en la trouvant trop chère. On négocie beaucoup moins un loyer de 350 euros".

les séries spéciales, une bonne affaire?

Autre astuce pour en avoir pour son argent: attendre les séries spéciales. Mais là encore, attention ! En effet, si elles sont pratiquées sur des modèles en fin de carrière, bourrées d’options afin d’écouler les dernières pièces, les tarifs peuvent être très intéressants. Il faut cependant bien étudier l’offre, car un simple changement de nom ne signifie pas forcément une bonne affaire.

Pauline Ducamp