BFM Business

La prime à la conversion sera prolongée en 2021

Bruno Le Maire a confirmé ce vendredi sur BFMTV que la prime à la conversion sera toujours en vigueur l’an prochain. Mais les contours du dispositif risquent une nouvelle fois d'être modifiés.

La prime à la conversion sera maintenue l’année prochaine, c’est ce qu’a confirmé ce vendredi sur BFMTV Bruno Le Maire, interrogé par Jean-Jacques Bourdin.

"La prime sera prorogée sur le véhicule électrique, sur le véhicule hybride rechargeable. Elle sera prolongée en 2021", a précisé le ministre de l’Economie, des Finances et de la Relance.

Un dispositif appelé à évoluer l'an prochain

Après la présentation du plan de relance très centré sur l’offre, le gouvernement ne veut pas se priver d’une des rares aides directes à la consommation des ménages. Le bonus écologique sera lui aussi reconduit en 2021.

"C'est une bonne idée de la maintenir, nous explique Eric Champarnaud, associé au cabinet C-Ways. Les gouvernements ont une longue expérience des primes et savent qu'à leur arrêt, s'il est brutal, c'est souvent la déprime sur le marché. Si la prime avait été suspendue brutalement, on risquait de revenir à une situation tendue. Or, les prévisions 2020 annoncent un marché français à 1,65 million de voitures en 2020 [contre 2,21 millions en 2019, ndlr]".

Le montant de la prime à la conversion risque en revanche d’être revu à la baisse l’an prochain, a ajouté Bruno Le Maire:

"[La prime, ndlr] sera prolongée en 2021, avec des montants qui seront différents. Ces montants ne seront pas plus importants, mais il y aura toujours des primes sur les véhicules électriques très significatives, des primes sur les véhicules hybrides rechargeables très significatives".

Les montants de la prime avaient en effet été gonflés début juin dans le cadre du plan automobile. Le plafond fiscal maximal pour en bénéficier avait été relevé, le montant de la prime était passé à 3000 euros pour l’acquisition d’un véhicule thermique récent, et à 5000 euros pour un véhicule électrique. Une fois les 200.000 primes accordées, le dispositif a une nouvelle fois été rabotée depuis le 3 août.

Une prime qui coûte cher

Si Bruno Le Maire souligne l’efficacité de ce dispositif pour verdir le parc, il pèse sur les finances de l’Etat. L’an dernier, les aides à l’achat automobile avaient coûté 1,15 milliard d’euros à l’Etat, dont 823 millions d’euros rien que pour la prime à la conversion. Pour contenir ce budget, le gouvernement avait réduit une première fois la voilure du dispositif début août 2019.

A début août, 850.000 primes ont été accordées depuis le début du dispositif en 2018, notamment 200.000 primes mises en place en urgence cet été dans le plan de relance automobile. Avec ces 200.000 primes, 53% des acheteurs ont acquis une voiture neuve. 15% des véhicules achetés au total étaient des véhicules électriques. L’objectif fixé est d’un million de primes sur tout le quinquennat.

Dans la loi de finances 2020, 395 millions d’euros étaient budgétés pour la prime à la conversion. C’était avant la pandémie de Covid-19 et la mise en place de 200.000 primes "boostées" dans le cadre du plan de relance. L’enveloppe de 1,9 milliard devrait couvrir ce dépassement du budget initial du nombre de primes.

Les montants de la prime mais aussi du bonus écologique feront partie des discussions du prochain projet de loi de finances, discussions qui doivent s’amorcer dans les prochaines semaines. D’autres aides pourraient aussi entrées en vigueur. Selon Capital, la ministre de la Transition écologique Barbara Pompili réfléchirait à l’instauration d’un bonus sur les véhicules électriques d’occasion.

Pauline Ducamp
https://twitter.com/PaulineDucamp Pauline Ducamp Cheffe de service BFM Auto