BFM Business

Essai – Nouveau Renault Captur, un petit SUV aux grandes ambitions

Depuis 2013, le Captur fait partie des best-sellers de Renault. Pour faire face à ses (désormais) nombreux concurrents dans la catégorie des SUV urbains, Renault l’a fortement modifié cette année. Une seconde génération convaincante.

Et de trois! Après la Clio et la Zoé, Renault renouvelle cette année un troisième modèle parmi les plus importants dans sa gamme: le Captur. Logique, quand on sait que le petit SUV est assemblé sur la même plate-forme que la Clio et sur celle de son futur concurrent direct, le Nissan Juke. Le Captur profite ainsi du renouvellement de la citadine polyvalente star de la marque au losange. Le tout dans un format qui a su trouvé son public: 1,5 million de Captur ont été vendus à travers le monde en sept ans depuis son lancement en 2013. 

Avec 1,5 million d'exemplaires vendus à travers le monde, en 7 ans de carrière, le Captur reste un des derniers gros succès de Renault.
Avec 1,5 million d'exemplaires vendus à travers le monde, en 7 ans de carrière, le Captur reste un des derniers gros succès de Renault. © JB

Mais pourquoi le Renault Captur?

Plus qu'une simple version rehaussée de la Clio, le Captur a su se créer sa propre identité. Lancé en 2013, il fait de Renault un pionnier du petit SUV et fait aujourd'hui face à près de 20 modèles dans la catégorie. Cette image de pionnier est donc clairement un avantage pour la marque française.

Par rapport à la précédente génération et comme pour la Clio, Renault a peu fait évoluer le style extérieur de son Captur, surtout si on compare au duo 208-2008. Peugeot ose là où Renault fait preuve de conservatisme: deux stratégies qui se défendent mais la bataille entre les deux constructeurs français, notamment pour la première place du marché national, s'annonce passionnante à suivre.

Sur ce nouveau Captur, on ne regrettera par exemple pas la disparition de la signature en C au niveau des phares anti-brouillard. Remontée au niveau des phares, elle donne un visage bien plus harmonieux à ce nouveau Captur, qui profite aussi d'un capot au bosselage plus prononcé. Les lignes sont plus travaillées, l’allure plus moderne.

Autre point fort du Captur: la personnalisation. Cette seconde génération proposera 90 combinaisons possibles à l’extérieur, 18 à l’intérieur. De quoi composer "son" Captur, et être sûr de le retrouver sur un parking. C’est finalement en gabarit que le Captur évolue le plus. Il gagne 11 cm en longueur, à 4,23 mètres, sans que ce gain ne profite vraiment à l'espace intérieur avec un empattement quasiment inchangé. Il améliore toutefois la capacité de son coffre, avec un aspect modulaire intéressant: deux niveaux de plancher et une banquette arrière coulissante sur une longueur de 16 cm, qui permet de passer facilement de 422 à 536 litres de chargement. Cependant, ce volume reste contraint et ne permet pas de charger de longs objets, contrairement à son concurrent Citroën C3 Aircross.

A gauche, l'ancien Captur, à droite le nouveau, avec un capot qui parait plus proéminent et une ligne qui donne un faux air de SUV coupé.
A gauche, l'ancien Captur, à droite le nouveau, avec un capot qui parait plus proéminent et une ligne qui donne un faux air de SUV coupé. © JB

Au volant

Notre premier modèle d'essai, en finition Initiale Paris, dispose de l'intérieur le plus travaillé avec sièges et détails en cuir et inserts de bois. Sous le capot, on retrouve le moteur essence TCe de 155 chevaux associé à la boite automatique EAT7. Un ensemble très satisfaisant même si le Captur, avec sa position de conduite plus haute qu'une Clio, n'invite pas vraiment à une conduite très sportive et semblait ainsi parfois dépassé par cette puissance. Les 155 chevaux seront sans doute plus appréciables si le véhicule part bien chargé, en passagers comme en bagages, ce qui n'était pas le cas lors de notre essai.

Les petits SUV grandissent. Avec 11 cm de plus en longueur, le Captur rejoint la dimension du Volkswagen T-Roc, à 4,23 mètres. Il reste cependant loin du nouveau Peugeot 2008, qui mesure désormais 4,30m.
Les petits SUV grandissent. Avec 11 cm de plus en longueur, le Captur rejoint la dimension du Volkswagen T-Roc, à 4,23 mètres. Il reste cependant loin du nouveau Peugeot 2008, qui mesure désormais 4,30m. © JB

Le Captur reste ainsi confortable, avec une direction agréable, souple tout en restant assez précise, et un bon amortissement, appréciable sur les routes grecques de notre essai pas toujours en très bon état. La boîte auto gère bien les passages de rapports, avec toujours la possibilité de passer les vitesses manuellement grâce à des palettes au volant. Seul point noir, des démarrages à l'arrêt difficile à doser: même en appuyant doucement sur la pédale, on a tendance à partir un peu en trombe sans le vouloir. Dommage.

Un défaut que nous n'avons pas retrouvé sur notre deuxième modèle d'essai, avec le bloc essence de 130 chevaux associé à la boite manuelle 6 vitesses. Si nous avons trop peu roulé avec cette version pour nous faire un avis définitif, cette proposition nous a paru plus cohérente. La boite manuelle fait toutefois sauter l'espace supplémentaire libéré sous la console centrale par la boite automatique, et qui permettait de ranger son téléphone.

L'intérieur du nouveau Renault Captur en finition Initiale Paris. La planche de bord introduite sur la dernière Clio arrive sur le SUV, avec (dans cette finition haute) un grand écran tactile au centre de 9,3 pouces et des compteurs numériques derrière le volant. Seul petit bémol: on peut bien faire apparaître les instructions de navigation au niveau des compteurs (tourner à droite dans 100 mètres par exemple) mais pas l'affichage intégral de la carte, ce que proposent d'autres marques généralistes, chez PSA notamment.
L'intérieur du nouveau Renault Captur en finition Initiale Paris. La planche de bord introduite sur la dernière Clio arrive sur le SUV, avec (dans cette finition haute) un grand écran tactile au centre de 9,3 pouces et des compteurs numériques derrière le volant. Seul petit bémol: on peut bien faire apparaître les instructions de navigation au niveau des compteurs (tourner à droite dans 100 mètres par exemple) mais pas l'affichage intégral de la carte, ce que proposent d'autres marques généralistes, chez PSA notamment. © Yannick Brossard

"LE" truc en plus: le plein d'aides à la conduite 

Dans le prolongement de la Clio, le Captur fait logiquement le plein d'aides à la conduite. Mention spéciale pour le duo composé du régulateur de vitesse adaptatif (il ajuste la vitesse en fonction du véhicule de devant) et le maintien dans la voie. De quoi rendre de longs trajets sur autoroute beaucoup plus agréables et, dans les bouchons, il suffit d'appuyer sur un bouton au volant pour redémarrer si le véhicule se retrouve à l'arrêt. On retrouve également une large panoplie d'équipements de sécurité, du freinage d'urgence avec détection des piétons et cyclistes à la caméra 360° (quatre caméras au total) qui permet de visualiser l'environnement proche du Captur et ainsi de faciliter les manoeuvres. 

Mais "LE" vrai truc en plus de ce Captur, c'est sans doute son toit vitré et ouvrant. Il n'était pas proposé sur la première génération et ne l'est toujours pas non plus sur la Clio Il permet d'agrandir visuellement l'habitacle et d'apporter plus de luminosité.

Les tarifs n'ont pas encore été dévoilés pour cette seconde génération, mais notre version à l'essai devrait avoisiner les 30.000 euros.
Les tarifs n'ont pas encore été dévoilés pour cette seconde génération, mais notre version à l'essai devrait avoisiner les 30.000 euros. © JB

"LE" chiffre: 18.600

C'est à ce prix que démarreront les versions essence du nouveau Captur. Il disposera aussi de versions diesel (à partir de 23.100 euros). Mais impossible de connaître le prix exact de notre modèle d'essai, dans la finition Initiale Paris soit la plus haut de gamme, et avec le moteur essence le plus puissant associé à la boite automatique. Renault n'a en effet pas encore donné de grille tarifaire pour ce modèle. Il faut s'attendre à un prix proche de la barre des 30.000 euros pour cette version.

Face à un 2008 qui change tout niveau style, au même titre que la 208, nul doute que la marque au losange cherchera à se distinguer en particulier sur ce point crucial des tarifs. Les commandes doivent ouvrir avant la fin de l'année. Courant 2020, une version hybride rechargeable viendra enrichir la gamme. Une première chez Renault.

Notre modèle d'essai: Renault Captur, Initiale Paris, avec le moteur essence 1.3 litre de 155 chevaux et la boite automatique EAT7. Tarif et émissions de CO2 non communiqués.
Julien Bonnet, avec Essia Lakhoua