BFM Auto

Essai - Ford Puma, hybride (très) léger pour SUV (très) sympa

Nous avons testé le nouveau Ford Puma, un petit SUV qui vient compléter l'offre pléthorique dans ce segment à la mode. Sa motorisation, en essence uniquement au lancement, inaugure l'hybridation dite "légère" chez la marque américaine. De quoi réduire un peu consommation de carburant et émission de CO2.

"Je suis le segment le plus désiré par les acheteurs d'automobile neuve, plus sympa qu'un monospace, protecteur et accueillant avec sa position de conduite haute mais pas trop gros pour pouvoir se faufiler en ville ou dans un parking exigu... je suis, je suis?" Le SUV urbain bien sûr!

Avec son Puma, Ford ajoute un nouveau membre à cette famille désormais très nombreuse. Rien que chez la marque américaine, il vient ajouter un énième modèle, avec une taille à 4,20 mètres se situant entre l'Ecosport (à peine plus de 4 mètres) et le Kuga (4,62 mètres pour la nouvelle génération lancée cette année). Il faut également mentionner les versions Active (surélevées) des Fiesta et Focus. Dans les tailles supérieures, l'Edge, à peine restylé, a rapidement tiré sa révérence faute de ventes suffisantes dans nos contrées. Ce sera l'Explorer, à un peu plus de 5 mètres, qui viendra chapeauter la gamme un peu plus tard cette année (avec un très attendu V6 hybride rechargeable de 450 chevaux).

Le Puma présente un look qui se veut séduisant.
Le Puma présente un look qui se veut séduisant. © JB

Mais pourquoi le Ford Puma?

Ce nom de Puma vous dit peut-être quelque chose. Et c'est tout à fait normal: il s'agissait en effet d'un petit coupé produit entre 1997 et 2002. Ford a donc choisi de faire revivre ce nom, mais avec une silhouette beaucoup plus raccord avec la mode actuelle des SUV. Résultat, ce modèle assemblé sur une base de Ford Fiesta, mais avec des voies élargies, ce qui donne vraiment l'impression de faire face à un tout autre véhicule que la célèbre citadine polyvalente de la marque. 

On passera d'ailleurs rapidement sur le design, que nous vous avions fait découvrir en studio l'an dernier. On peut lui trouver de faux-airs de Porsche Macan, plutôt flatteur pour une marque généraliste, avec une signature lumineuse empruntée à la Ford GT de dernière génération.

Le Puma offre une silhouette plutôt agréable.
Le Puma offre une silhouette plutôt agréable. © JB

Au volant

A l'intérieur du Puma, on retrouve l'architecture désormais commune aux derniers modèles Ford, avec un écran tactile central plutôt réactif et intuitif d'utilisation. Le maintien de vrais boutons physiques pour la climatisation et les réglages de la musique ou de la radio reste pour nous un choix cohérent, évitant de trop avoir à tapoter l'écran. Ce dernier reste toutefois plutôt bien positionné, juste sous le pare-brise, de quoi ne pas trop détourner son regard de la route. La vraie nouveauté, c'est l'introduction de l'écran derrière les compteurs, avec de jolies animations et des ambiances spécifiques lors des changements de modes de conduite. Il y en a cinq au total: Normal, Eco, Sport, Faible adhérence et Piste. 

L'intérieur du Ford Puma (ici en finition Titanium)
L'intérieur du Ford Puma (ici en finition Titanium) © Ford

Au démarrage, on était impatient de découvrir à l'usage ce nouveau bloc moteur "Ecoboost hybrid". Le petit 3 cylindres 1 litre est ainsi soutenu dans ses efforts par une petite batterie 48V reliée à un alterno-démarreur. Une hybridation dite légère qui se fait en effet plutôt discrète. Heureusement qu'une jauge permet de montrer quand cette assistance électrique s'active ou quand la batterie se recharge dans les décélérations. En mode Eco, on ressent tout de même un freinage régénératif plus poussé. Mais le 3 cylindres, voire le basculement automatique sur 2 cylindres pour réduire la consommation, peut parfois occasionner des bruits de moteur assez élevés dans l'habitacle. Un peu surprenant sur une voiture moderne, qui reste toutefois plutôt bien isolée des bruits extérieurs.

La puissance de 155 chevaux reste bien adaptée à ce véhicule, même s'il ne faut pas s'attendre à des performances incroyables (une version ST, comme sur Fiesta et Focus, devrait compléter la gamme). Sachant qu'il faut ajouter 1000 euros pour passer de 125 à 155 chevaux, il paraît difficile de résister à ce gain de puissance sur un véhicule qui démarre à 22.900 euros. Ford estime pourtant que c'est le 125 chevaux qui devrait rencontrer le plus grand succès: il est vrai qu'avec 1000 euros, on peut s'offrir une option de confort comme le toit panoramique ouvrant, justement à 1000 euros. En roulant rapidement avec ce bloc 125 chevaux à la fin de notre essai, le déficit de puissance ne nous a en outre pas semblé vraiment handicapant.

Le Puma se décline au lancement en version ST-Line X, ici à gauche, et en Titanium (ainsi qu'une version Business Titanium)
Le Puma se décline au lancement en version ST-Line X, ici à gauche, et en Titanium (ainsi qu'une version Business Titanium) © JB

En version ST-Line X (à partir de 26.900 euros en 125ch), typée sport, la direction raffermie et les suspensions durcies pourront gêner ceux qui recherchent du confort. Il faudra plutôt regarder du côté de la version Titanium. Petite déception en revanche du côté des sièges massants à l'avant, sur Titanium, qui manquent de finesse dans sa "palpation robotisée". 

On notera également les deux bonnes idées de ce Puma pour le côté véhicule adapté aux loisirs: des housses de sièges dézippables facilement pour les nettoyer et une "Mégabox" dans le coffre: un grand espace (le volume d'un valise-cabine) située sous le plancher du coffre. Exit donc la roue de secours, mais cette dernière est déjà de plus en plus remplacée par un kit anti-crevaison. Recouverte d'une surface plastifiée, cette "Mégabox" est ainsi destinée à accueillir des affaires sales, de sport par exemple. Une ouverture permet de facilement passer un jet d'eau pour la nettoyer et d'autres usages sont à imaginer par les utilisateurs. Le designer de Ford Europe pensait déjà à remplir le bac de glace pour aller chercher son poisson sur le marché local, plutôt original!

La Mégabox, située sous le plancher du coffre.
La Mégabox, située sous le plancher du coffre. © Ford

"LE" truc en plus: un régulateur "intelligent" mais qui peut se tromper

Comme tout bon véhicule moderne qui se respecte, le Puma dispose d'un régulateur de vitesse adaptatif. Le conducteur fixe la vitesse désirée (comme sur un régulateur classique) mais la voiture ralentira automatiquement en cas de présence d'un autre véhicule devant. Si la circulation se libère, elle accélérera jusqu'à la vitesse indiquée.

Sur le Puma, ce régulateur adaptatif devient même "intelligent": une caméra lit les panneaux et lors d'un changement de limitation elle ajuste automatiquement la vitesse du régulateur. Plutôt pratique pour ne pas se faire piéger par un passage provisoire à 110 sur nos autoroutes à 130 par exemple. Cela peut être un peu surprenant au début de sentir son véhicule accélérer "tout seul" mais il conservera toujours une distance de sécurité avec la voiture de devant.

Seul défaut de ce système "intelligent" que nous avions déjà constaté sur d'autres modèles comme le Kia XCeed, la caméra peut malencontreusement lire la vitesse indiquée sur une bretelle de sortie. Il faut donc que le conducteur reste bien vigilant : sur les autoroutes espagnoles de notre essai, la voiture a ainsi voulu ralentir à 40 km/h... dans une zone limitée à 120 et dans un contexte de circulation fluide, un appui sur l'accélérateur permet toutefois de reprendre un rythme normal.

On pardonnera largement à Ford ces errements car ils ne sont pas les seuls à proposer cette fonction innovante (et il est possible de désactiver la reconnaissance des panneaux pour revenir à un "adaptatif classique").

En mode normal, c'est une Ford Mondeo qui représente le véhicule roulant devant.
En mode normal, c'est une Ford Mondeo qui représente le véhicule roulant devant. © JB

"LE" deuxième truc en plus: une Mustang dans le Puma!

A l'écran des compteurs, l'icône qui représente le véhicule roulant devant vous est issu de la gamme Ford (même si c'est une Clio qui roule devant vous). En mode normal et éco, c'est ainsi une Mondeo qui apparaît à l'écran... mais qui se transformera en Mustang en mode sport. Un détail sympathique qui ravira les amoureux de la pony-car! La Mustang restylée introduisait d'ailleurs l'écran derrière le volant chez Ford, juste après la très exclusive GT.

Et se transforme en Ford Mustang en mode Sport !
Et se transforme en Ford Mustang en mode Sport ! © JB

"LE" chiffre : 9

C'est en %, l'économie de consommation que Ford promet grâce à son système hybride léger. Un argument séduisant pour les clients... et qui permet également d'esquiver le malus. Le 3 cylindres 1 litre essence hybride léger du Puma échappe en effet à la surtaxe avec des taux d'émission de CO2 compris entre 96 et 99 g/km pour le 125ch (selon la taille des jantes) et entre 99 et 101 g/km pour le 155 ch. Depuis le début de l'année, le nouveau seuil de déclenchement du malus est à 110 g/km, mais attention, début mars, une nouvelle grille entrera en vigueur. Malgré l'introduction de la norme WLTP, plus sévère, le seuil de déclenchement sera relevé à 138 g/km, et devrait donc épargner ce nouveau Puma dans la plupart de ses versions commercialisées.

La nouvelle appellation "Ecoboost Hybrid" qui désigne l'hybride léger chez Ford.
La nouvelle appellation "Ecoboost Hybrid" qui désigne l'hybride léger chez Ford. © JB

Notre modèle d'essai: Ford Puma ST-Line X avec le moteur 1.0 Ecoboost Hybrid de 155ch, à partir de 27.900 euros

Julien Bonnet, avec Elsa Bengué