BFM Auto

Essai - Opel Corsa-e, la bonne pioche 100% électrique?

Opel propose sa première voiture électrique, avec la déclinaison zéro émission de sa dernière Corsa. Un bon compromis en termes de prix (pour une électrique), moins en termes de qualité de finition.

La voiture électrique: c'est le passage obligé pour quasiment tous les constructeurs automobiles en cette année de durcissement des normes antipollution en Europe. Et avec des aides à l'achat relevées en France depuis le 1er juin pour concilier soutien au secteur et prise de conscience environnementale, ces modèles deviennent plus abordables, réduisant le surcoût encore significatif avec les traditionnelles thermiques.

La version 100% électrique de l'Opel Corsa tombe donc à point nommé. Le mois dernier, 13.726 véhicules électriques ont été vendus, trois fois plus qu'en juin 2019.

Un look extérieur sympa avec cette carrosserie bleue et le toit blanc
Un look extérieur sympa avec cette carrosserie bleue et le toit blanc © JB

Le bon point: l'électrique, discrétion et confort

Sur le papier, cette Opel Corsa-e possède les mêmes caractéristiques que la Peugeot e-208 testée l'an dernier, la marque allemande appartenant à PSA depuis 2017. On retrouve ainsi le moteur électrique de 130 chevaux et une batterie de 50 kWh affichant 330 kilomètres d'autonomie selon la norme WLTP. Mais l'emballage est ici différent.

A l'extérieur, peu de différences avec la Corsa thermique hormis quelques badges et des jantes spécifiques... ainsi que l'absence de pot d'échappement bien sûr. Un look extérieur plus sobre que sa cousine technique de la marque au lion mais qui reste assez moderne et dynamique.

Pas besoin de mener la vie de château pour s'offrir cette Opel électrique.
Pas besoin de mener la vie de château pour s'offrir cette Opel électrique. © JB

Un dynamisme qu'on retrouve au volant, même si les 130 chevaux sont uniquement disponibles en mode "sport". Pour ménager la batterie, les modes "normal" et "éco" réduisent cette puissance disponible, ce qui se ressent clairement sans pour autant réduire à néant ses performances.

Dans les bouchons ou la conduite urbaine, l'électrique reste un choix pertinent en termes de confort, bien aidé par le régulateur de vitesse adaptatif et la consommation, sans être exceptionnelle, permet de réaliser ses trajets quotidiens sans trop d'angoisse de la panne. La présence d'une prise à domicile (et/ou sur son lieu de travail) reste toutefois incontournable pour envisager de passer au zéro émission.

Le point noir: un intérieur décevant

Il faut peut-être le voir comme un signe de démocratisation du véhicule électrique mais l'intérieur de cette Corsa-e nous a clairement déçus. Avec un budget tournant autour des 30.000 euros (voir le dernier paragraphe), on pouvait s'attendre à mieux. L'écran tactile central se montre toutefois plutôt réactif avec une qualité suffisante pour être lisible, c'est le principal.

Une bonne ergonomie mais la qualité de présentation laisse un peu à désirer à l'intérieur.
Une bonne ergonomie mais la qualité de présentation laisse un peu à désirer à l'intérieur. © BFMTV

Un "détail" négatif qui saute aux yeux, étant placé juste sous le nez du conducteur: l'écran des compteurs. Avec des caches plastiques peu gracieux sur les côtés pour remplir les "trous" laissés par l'emplacement dédié pour les versions équipées de compteurs à aiguille classique, Certes, on comprend la volonté de PSA de ne pas trop faire de l'ombre à la 208 et son très réussi i-cockpit 3D mais il y avait sans doute mieux à faire sur un équipement aussi important.

Opel aurait clairement pu faire mieux sur cet écran juste sous le nez du conducteur.
Opel aurait clairement pu faire mieux sur cet écran juste sous le nez du conducteur. © JB

A quel prix ? Moins chère qu'une Peugeot e-208

On compte environ 2000 euros d'écart avec la Peugeot e-208 qui revendique un positionnement plus haut de gamme. L'Opel Corsa-e démarre à 30.650 euros, contre 32.700 euros pour sa cousine de la marque au lion. Pour notre modèle d'essai, en finition Elegance, il faut plutôt compter sur un budget de 35.000 euros, qui retombe à 28.000 euros en appliquant le bonus écologique de 7000 euros. Un prix qui rejoint alors celui de l'Opel Corsa équipée du moteur essence de 130 chevaux avec un niveau d'équipement similaire.

Julien Bonnet, avec Mathis Fleuret et Essia Lakhoua