BFM Auto

Marché automobile: une reprise tirée par l'électrique

Les Renault Zoé et Peugeot e-208, stars du marché français dans l'électrique.

Les Renault Zoé et Peugeot e-208, stars du marché français dans l'électrique. - Montage Renault - Peugeot

Les ventes d'électriques et d'hybrides ont représenté près d'une vente sur cinq en juin, participant nettement à la reprise du marché.

C'est une reprise timide mais un bol d'air pour un marché automobile français en chute libre depuis le début du confinement. Ce mercredi, le comité des constructeurs français d'automobiles (CCFA) a annoncé une hausse de 1,2% des ventes de véhicules neufs en juin, sur un an.

Un chiffre particulièrement attendu depuis l'annonce du plan de soutien à l'automobile par Emmanuel Macron fin mai. Le bonus écologique a ainsi été relevé de 6000 à 7000 euros, pour soutenir les ventes de voitures 100% électriques, et la prime à la conversion, qui permet de bénéficier d'une aide selon le type de véhicule acheté et après avoir mis une voiture ancienne à la casse, a vu son spectre élargi, concernant davantage de véhicules et de foyers fiscaux.

Electrification accélérée

Les ventes de juin traduisent bien cette électrification accélérée du parc automobile français, tirée par ces subventions publiques. Le mois dernier, près d'un véhicule neuf vendu sur cinq était "électrifié", 100% électrique ou hybride. C'est trois fois plus qu'en juin 2019, souligne AAA Data, spécialiste des données automobiles.

Malgré la crise sanitaire, le six premiers mois de 2020 traduisent aussi cette tendance, avec 11,3% de ventes d'hybrides (hybrides rechargeables ou non) et 6,3% de ventes d'électriques, soit une part de marché de 17,6%. Une progression notable par rapport à l'an dernier: sur l'ensemble de l'année 2019, les ventes d'hybrides ne représentaient que 5,7% des ventes de véhicules neufs et 1,9% pour les électriques.

Les particuliers tirent la reprise

Autre phénomène lié à ce contexte d'aides à l'achat pour les consommateurs, les particuliers ont participé activement à la reprise du marché en juin.

"Les immatriculations de véhicules auprès des particuliers retrouvent leur rythme d’avant-crise avec 122.052 enregistrements (VS 99 340 en 2019) ce qui représente 52% des ventes, soit 23% de plus qu’en 2019. Les particuliers sont donc les principaux acteurs de cette reprise", souligne AAA Data.

Sans être forcément concerné par les aides appliquées depuis le 1er juin, le plan de soutien à l'automobile semble aussi avoir stimulé les envies d'achat des Français.

"Ces annonces s ont créé de l’effervescence autour du marché automobile. Des gens viennent en concession en pensant être éligibles mais qu’ils le soient ou pas, ils ont envie d’acheter car ils ont fait des économies pendant 3 mois", commente Louis-Carl Vignon, président de Ford France.

Un engouement pour l'automobile que constate aussi Honda. La marque a ainsi enregistré près de 1100 commandes en juin, un chiffre significatif quand on sait qu'elle vendait ses dernières années environ 8000 unités par an.

"Les acheteurs rattrapent une frustration, après plusieurs mois passés sans dépenser. Certains se disent qu’avec les offres, les primes, c’est le moment d’acheter, note Pierre Guignot, directeur de la division automobile chez Honda France. Et puis certains clients ne partiront pas à l’étranger en vacances, ils partiront en France. Au lieu de mettre plusieurs milliers d’euros dans un séjour, ils utilisent cet argent avec le bénéfice parfois d’une prime pour acheter une voiture, qui leur servira à partir en vacances en France et en plus ils auront changé de véhicule."
https://twitter.com/Ju_Bonnet Julien Bonnet Journaliste BFM Auto