BFM Auto

Cette supercar voudrait être l'électrique la plus rapide au monde

1360 chevaux, c'est la puissance de la NIO EP9, nouvelle venue sur le segment des supercars électriques.

1360 chevaux, c'est la puissance de la NIO EP9, nouvelle venue sur le segment des supercars électriques. - Top Gear - BBC

NextEv, nouveau venu chinois sur le marché de la voiture électrique, a dévoilé aujourd’hui à Londres la Nio EP9, une supercar sans émission, mais avec 1360 chevaux, pour concurrencer Faraday, le premium allemand et surtout Tesla.

Après les déboires de Faraday, Tesla semblait pouvoir respirer. C’était sans compter sur NextEV. Nouveau venu du secteur, ce géant chinois a transformé ses paroles du printemps dernier en actes. Et surtout en chrono. Le constructeur a dévoilé ce lundi à Londres (Grande-Bretagne) une nouvelle marque de voiture électrique, NIO, ainsi que sa première supercar avec 1360 chevaux sous le capot. Enfin, dans la batterie.

Les 300km/h sont dépassés par la supercar chinoise. Elle abat le 0 à 200 en 7,1 secondes, le temps que met une Mazda MX-5 pour atteindre les 100km/h.
Les 300km/h sont dépassés par la supercar chinoise. Elle abat le 0 à 200 en 7,1 secondes, le temps que met une Mazda MX-5 pour atteindre les 100km/h. © Top Gear - BBC

Un peu plus de 7 minutes sur le Nürburgring

Baptisée EP9, cette supercar est aussi la détentrice du record le plus rapide au tour pour une voiture électrique sur la célèbre boucle Nord du circuit du Nürburgring en Allemagne, record détenu jusqu’à présent par la Toyota P002. Le 12 octobre, elle a parcouru les 20,8 kilomètres de la boucle Nord en seulement 7 minutes, 5 secondes et 12 dixièmes, soit 12 secondes de mieux que la Toyota.

Accessoirement, ce temps est le cinquième chrono le plus rapide du tracé, voitures électriques et voitures thermiques confondues. L'EP9 tourne ainsi plus vite que la Gumpert ou la Nissan GT-R, alors que la Porsche 918 Spyder hybride fait le tour du circuit en 6 minutes et 57 secondes. Le 4 novembre, elle s’est aussi accordée le record électrique du circuit Paul-Ricard dans le sud de la France, en 1 minute 52 secondes et 78 dixièmes. C’est donc la voiture électrique la plus rapide du monde sur ce tracé.

-
- © -

Quatre moteurs, mais une voiture très lourde

L’EP9 dispose pour cela de quatre moteurs, gérés chacun par leur propre boite de vitesses, ce qui lui donne une puissance globale d'un mégawatt, l’équivalent de 1360 chevaux. C’est moins bien qu’une Bugatti Chiron, mais mieux qu’une Bugatti Veyron.

Mais plus que la supercar française à technologie allemande, l’EP9 évoque la Koenigsegg One:1, qui développe elle aussi 1360 chevaux (grâce à un V8 5 litres bi-turbo). Pour continuer dans les avalanches de chiffres, tous plus élevés les uns que les autres, citons les 300km/h dépassés par la supercar chinoise (comme la Koenigsegg One:1), et son 0 à 200 en 7,1 secondes (le temps que met une Mazda MX-5 pour atteindre les 100km/h).

Mais contrairement à la Koenigsegg, les batteries prennent un peu de place et de poids: 635kg au total, sur les 1735 kg de la sportive (qui pèse plus lourd qu’un SUV urbain). La suédoise ne pesait elle que 1360 kilos. Toute la question de la taille des batteries et donc de leur poids est ici criante. Car avec ses 635kg de batteries, l’EP9 ne propose que 450 kilomètres d’autonomie théorique.

C'est certes l'une des meilleurs du marché actuellement, et il faut toujours la mettre en perspective la distance entre chaque plein pour une Ferrari par exemple. Mais l'équations reste compliquée pour les constructeurs qui veulent construire des voitures performantes: il leur faut beaucoup de batteries, qui pèsent donc lourd, et grèvent donc les performances.

L'EP9 abat le 0 à 100 en 2,7 secondes. Une Tesla Model S P100D l'abat désormais en 2,4 secondes... avec moins de batteries.
L'EP9 abat le 0 à 100 en 2,7 secondes. Une Tesla Model S P100D l'abat désormais en 2,4 secondes... avec moins de batteries. © Top Gear - BBC

De grandes ambitions

NIO devrait cependant proposer des modèles de plus en plus performants. Avec cette nouvelle marque, NextEV veut prouver qu’on peut toujours posséder une voiture au XXIème siècle, prendre du plaisir en conduisant, tout en respectant l’environnement. Créée en 2014, la start-up avait déjà recruté en début d’année plus de 400 salariés et selon Bloomberg, espérait lever plus d’un milliard d’euros cette année.

"Aujourd’hui, nous lançons notre supercar électrique, qui a battu le record au tour sur la Norschleife, a expliqué cet après-midi le fondateur et président de NextEv, William Li. La NIO EP9 a été créée pour repousser les limites et marque la première étape de production automobile pour NIO. Cette voiture est un manifeste de notre vision, mais aussi de nos compétences techniques et de production. Elle présente l’état de l’art de ce qui est possible en matière de voitures électriques".

NextEV ne prévoit cependant de construire que six exemplaires de l'EP9, qui seront toutes réservées pour le marché chinois. Tarif annoncé: plus d'un million d'euros. Or, le prix devait être l’un des arguments du Chinois face à Tesla. Raté. Sur le plan des performances, le Californien a également quelques arguments à faire valoir. La Model S affiche environ 600 chevaux, soit largement deux fois moins que l’EP9, mais accélère désormais en 2,4 secondes jusque 100km/h.
Pauline Ducamp