BFM Business

Comment fait cette Tesla pour griller au démarrage une Bugatti Chiron

Une prochaine mise à jour va permettre à la plus puissante des Tesla Model S d'effectuer le 0 à 100 km/h en 2,4 secondes !

Une prochaine mise à jour va permettre à la plus puissante des Tesla Model S d'effectuer le 0 à 100 km/h en 2,4 secondes ! - Tesla

De la première Model S "Performance" de 2012 à la dernière mise à jour du Ludicrous Speed de la P100D de 2016, les versions sportives de la Model S ont gagné près de deux secondes sur l'épreuve du 0 à 100 km/h, passant de 4,4 à 2,6 secondes. Retour sur une incroyable progression.

C'est une amélioration assez inédite dans l'histoire automobile: en à peine quatre ans, la Tesla Model S a gagné 2 secondes sur l'épreuve du 0 à 100 km/h. Si on prend en comparaison la BMW M5, la marque allemande a tout simplement mis près de 30 ans pour obtenir un gain comparable sur sa sportive, passée de 6,4 secondes à 4,4 secondes entre la version 1984 (E28) et celle de 2011 (F10). Encore plus fou, avec ce nouveau temps de 2,4 secondes pour le 0 à 60 miles par heure (2,6 secondes pour le 0 à 100 km/h), la nouvelle version la plus performante de la berline 5 places coifferait au poteau de puissantes sportives comme la Bugatti Chiron ou la Ferrari LaFerrari. 

La "Performance" de 2012 : 4,4 secondes

Tout commence en 2012, année de lancement de la Model S, avec la première version "Performance", dite P85 (il y aura par la suite d'autres variantes comme la "P85+"). La berline est alors encore proposée exclusivement en propulsion avec son moteur électrique à l'arrière. Elle réalise alors déjà une sacrée prouesse en réalisant le 0 à 100 km/h en 4,4 secondes. La Tesla rivalise alors avec des V8 allemands, comme la BMW M5 de 2011. 

Cette accélération foudroyante est une caractéristique des moteurs électriques, pour lesquels le couple est disponible instantanément. C'est ce qui fait que lorsque le feu passe au vert en ville, de simples "petites" Nissan Leaf, Renault Zoé ou autres Smart électriques peuvent déjà distancer bon nombre de véhicules à l'allure bien plus sportive. La gestion électronique de l'accélération permet en outre de ne pas patiner lors de ces démarrages façon boulet de canon.

Avec la montée en régime, cette capacité d'accélération décroît ensuite rapidement, ce qui explique que les véhicules électriques vont être moins performants à partir de 100 km/h en général, à l'inverse des voitures équipées de moteurs thermiques, avec les plus sportives capables d'accélérer encore très fort au-dessus de cette vitesse. Pour ne pas trop puiser dans la batterie, la vitesse de la Model S est par ailleurs limitée à 250 km/h, alors que la Bugatti Chiron reste la supercar la plus rapide du monde (en termes de vitesse de pointe) avec la possibilité de monter en théorie à 458 km/h!

Insane Mode : 3,3 secondes

C'est finalement en 2014 que la Model S gagne le plus sur cette épreuve du Drag Race. Avec la sortie des premières "Dual Motor" (moteurs à l'avant et à l'arrière), la berline tire profit de sa transmission intégrale. Elle passe ainsi dans une nouvelle dimension avec un 0 à 100 bouclé en 3,3 secondes. En deux ans, elle gagne ainsi plus d'une seconde sur cette distance. Ce chiffre est d'autant moins anodin puisqu'il permet à Elon Musk d'atteindre l'objectif qu'il s'était lui-même fixé, à savoir dépasser son véhicule référence: la McLaren F1 et son V12 6 litres de 627 chevaux. Cette sportive 3 places avec conducteur au centre que le patron de Tesla a lui-même possédé et qui atteint les 100 km/h en 3,4 secondes, soit un petit dixième de plus. 

Elon Musk ne manque pas non plus de donner une dénomination originale pour cette fonction permettant de profiter de toute la puissance de la batterie: ce sera le fameux "Insane Mode" qui s'active depuis l'écran tactile géant, quand le mode sport ne suffit pas.

Ludicrous, sous les 3 secondes

Non content d'avoir détrôné son modèle, Elon Musk veut encore plus exploiter les avantages de la motorisation électrique. De l'Insane Mode, Tesla propose à partir d'août 2015 un Ludicrous Mode ("Vitesse Démesurée" en version française). Une option à 11.000 euros disponible sur sa nouvelle P90D, équipée d’une batterie de 90 kWh, qui passe sous la barre symbolique des 3 secondes.

Pour gagner en accélération, Tesla a installé un fusible dit "intelligent" grâce à un système électronique dédié permettant de détecter d'éventuelles surchauffes et couper le courant le cas échéant. Il permet de porter la puissance de sortie maximale en provenance la batterie de 1300 à 1500 ampères. Le contacteur est de son côté remplacé par un superalliage résistant à de très hautes températures et utilisé dans l'aérospatial, l'inconel.

Si par rapport à la précédente version a différence semble minime, elle se voit plutôt bien sur cette vidéo dans laquelle une Model S "Insane" se confronte à une cousine en "Ludicrous".

Avec la P100D, une Model S encore plus rapide

La taille de la batterie a également une influence sur cette capacité d'accélération. En passant de 85 kWh à 90 kWh, la Tesla P90D en Insane Mode gagnait ainsi un dixième de seconde face à la P85D. Avec la sortie de la P100D en août 2016, la berline atteint ainsi un nouveau pallier, à 2,7 secondes.

Ludicrous amélioré informatiquement: 2,4 secondes

L'amélioration de la gestion électronique des moteurs électriques permet également d'améliorer leurs performances. Début novembre, Elon Musk a ainsi annoncé qu'une prochaine mise à jour allait "débloquer l'intégralité de la puissance" des Model S et Model X en P100D. Elle sera téléchargeable à partir du mois de décembre et se présentera sous la forme d'un easter egg, une "blague de développeurs" devenue un classique sur les modèles Tesla. En effectuant des manipulations à l'écran ou avec les comodos, l'utilisateur peut afficher des animations cachées et donc, ici, s'offrir ce petit boost au démarrage.

Quelques jours plus tard, Elon Musk a précisé que ce bonus à l'accélération permettrait de réaliser le 0 à 60 miles par heure en 2,4 secondes (et donc à peine plus pour le 0 à 100 km/h) ...

Sur cette épreuve de l'accélération au démarrage, la Model S P100D se permet ainsi d'être la voiture la plus rapide de l'histoire. Et à "seulement" 134.500 dollars aux Etats-Unis (146.900 euros en France), la berline devance désormais des modèles bien plus sportifs et surtout bien plus chers comme la Porsche 918 Spyder (845.000 dollars), la Ferrari LaFerrari (1,42 million de dollars) ou les Bugatti Veyron et Chiron (à plus de 2 millions de dollars), comme le montre un article de Bloomberg, que n'a pas manqué de retweeter Elon Musk.

Julien Bonnet