BFM Business
Auto

Carburants: les difficultés persistent dans certaines stations-service

Près d'une station sur quatre reste en difficulté, particulièrement autour des grandes villes. La situation s'améliore doucement suite à la fin de la grève dans les raffineries.

A la veille du week-end du 11-Novembre, il peut encore être compliqué de faire le plein dans certaines régions de France. Ce jeudi matin, encore près d'une station sur quatre connaissait des difficultés au niveau national avec au moins un carburant manquant, comme on peut le voir sur notre carte tirée des données du site "penurie.mon-essence.fr" (application Essence&Co).

Une carte qui ne donne pas une vision exacte de la situation, puisqu'elle repose sur les informations transmises par les utilisateurs de l'application, mais qui permet tout de même de constater que des tensions subsistent, notamment près des grandes villes.

"La dernière grève a été levée avant-hier à la raffinerie TotalEnergies de Feyzin donc toutes les raffineries de France sont désormais opérationnelles mais pas toutes à leur rythme normal de production", résume Olivier Gantois, président de l'Union française des industries pétrolières (UFIP).

Depuis les premières levées des blocages mi-octobre, on notait déjà ce décalage entre fin des grèves et reprise très lente de la distribution de carburants: il faut en effet compter 5 à 10 jours pour qu'une raffinerie reprenne sa production.

"On peut noter une nette amélioration de la disponibilité des carburants, mais la situation reste tendue dans trois régions, l'Ile-de-France, l'Auvergne-Rhône-Alpes et le Centre-Val-de-Loire", indique de son côté Francis Pousse, président de la branche stations-service et énergies nouvelles du syndicat professionnel Mobilians.

Le gazole disponible, moins l'essence

"Depuis le week-end du 1er novembre, les problèmes de disponibilité de gazole ont quasiment disparu et il représente trois quarts de la consommation de carburants en France", souligne Olivier Gantois.

Sur l'essence, qui est raffinée en France, alors que le gazole est importé, il peut subsiter des tensions, "mais la plupart des stations disposent au moins d'une des trois qualités de sans-plomb [95, 95-E10 ou 98, NDLR] qui sont tous acceptés par une majorité de modèles essence", rappelle le président de l'Ufip.

Craintes avant la ristourne en baisse le 16 novembre

Alors que de nombreux Français vont se déplacer pour ce week-end du 11-Novembre et que la baisse de la ristourne à la pompe se profile en milieu de semaine prochaine, la situation pourrait toutefois de nouveau se tendre dans les stations.

Le mercredi 16 novembre, la remise du gouvernement passera de 30 à 10 centimes par litre, et celle de TotalEnergies de 20 à 10 centimes par litres. Concrètement, les prix bondiront mécaniquement donc de 30 centimes par litre sur tous les carburants dans la nuit du mardi au mercredi de la semaine prochaine dans les stations Total, et de 20 centimes dans les autres stations.

Pas de crainte toutefois pour Olivier Gantois, avec des gros rouleurs "qui dans tous les cas font un plein tous les deux à trois jours" et d'autres automobilistes "qui se rendent en station de manière beaucoup moins régulière". En clair, ces derniers, qui ont encore un réservoir bien rempli, notamment avec des "pleins de précaution" réalisés en octobre et en partie à l'origine des difficultés en stations, n'auront tout simplement pas assez roulé pour motiver un retour en station.

De plus, les arrêtés prévoyant l'interdiction de remplir des jerricans sont toujours en vigueur, note le président de l'Ufip, ce qui devrait dissuader les stockages en prévision de cette baisse des ristournes.

"Si vous voulez bénéficier une dernière fois de la remise maximale, l'idée c'est de ne pas se précipiter ce week-end en station, mais d'attendre plutôt de le faire lundi ou mardi", recommande Francis Pousse.

De quoi en effet limiter les risques de bouchons devant les stations, avec une fréquentation déjà forte attendue avec les déplacements du week-end.

https://twitter.com/Ju_Bonnet Julien Bonnet Journaliste BFM Auto