BFM Business

Bornes de recharge: un problème de quantité... et de qualité

Le gouvernement prévoit aussi l'essor des bornes de recharge.

Le gouvernement prévoit aussi l'essor des bornes de recharge. - Tobias Schwarz / AFP

Alors que le nombre de bornes stagne en France, une étude alerte également sur le niveau de disponibilité de la recharge en France.

La France vise les 100.000 bornes de recharge publiques à fin 2021. C'est l'objectif affiché par le secrétaire d'Etat aux Transports Jean-Baptiste Djebbari, mais qui ne serait atteint que courant 2024 ou 2025 selon d'autres prévisions.

Un problème de quantité donc, alors que les ventes de voitures électriques ont explosé l'an dernier, mais pas seulement. Se pose aussi un problème de qualité des infrastructures, selon l'Observatoire de l'Afirev (Association française pour l'itinérance et la recharge électrique des véhicules).

L'enquête de satisfaction menée sur plus de 500 répondants révèle en effet plusieurs soucis vécus par les utilisateurs. Des utilisateurs, qui sont souvent équipés d'une possibilité de recharge à domicile ou au travail, mais qui sont 86% à indiquer avoir déjà utilisé une borne de recharge accessible au public. La satisfaction globale est plutôt bonne, à 80%, et rejoint celle des utilisateurs à propos de leurs voitures électriques.

Mais certains chiffres se révèlent assez inquiétants: 85% des utilisateurs ont rencontré une borne en panne au cours des 6 derniers mois et 83% un défaut de charge. Les défauts les plus fréquemment constatés: une connexion impossible, un arrêt soudain de la recharge pendant la session ou un câble qui reste bloqué.

L'étude a également analysé 22.700 points de charge publics (soit près de 75% du parc français) et un total de 600.000 sessions de recharge entre mai et octobre 2020. Une recharge sur quatre présentait un défaut. 9% du parc installé a en outre été indisponible pendant plus de 7 jours.

L'étude montre d'ailleurs de fortes disparités régionales. 88% des charges sont réussies en Ile-de-France, contre seulement 55% dans les Hauts-de-France ou en Bourgogne-Franche-Comté.

https://twitter.com/Ju_Bonnet Julien Bonnet Journaliste BFM Auto