BFM Var
Var

Incendie de Canjuers: le parquet militaire ouvre une enquête après le tir à l'origine du départ de feu

Les sapeurs-pompiers sont toujours mobilisés sur le feu de Canjuers, ce lundi matin. Les autorités, elles, ont ouvert une enquête pour comprendre dans quelles circonstances ce tir a pu être à l'origine d'un tel départ de feu.

Le parquet militaire a ouvert une enquête après qu'un tir d'exercice de l'armée de Terre au sein du camp de Canjuers a provoqué un important incendie samedi et contre lequel les sapeurs-pompiers sont toujours mobilisés, ont appris nos confrères de Var-Matin de source judiciaire.

Les investigations, confiées à la gendarmerie, devraient porter sur les conditions de sécurité dans lesquelles cet exercice a été réalisé, rapporte le quotidien.

Samedi, jour de départ du feu, le département du Var comptait deux communes en crise sécheresse et 96 en alerte sécheresse. À noter que les températures étaient particulièrement chaudes, bien que le département n'a pas été placé en alerte canicule. Quant au risque d'incendie, ce dernier était qualifié de "modéré".

280 sapeurs-pompiers mobilisés

Selon le dernier point du Service départemental d'incendie et de secours du Var, ce lundi à 6h30, le feu a ravagé environ 700 hectares de végétation. Un important dispositif, qui s'était renforcé la veille, a mené des opérations d'extinction de nuit. Des opérations qui se poursuivent ce lundi.

Au total, 280 sapeurs-pompiers sont sur zone et 85 véhicules sont mobilisés. Le SDIS du Var a reçu des renforts humains venus des services départementaux d'incendie et de secours de départements voisins.

Samedi, le feu de végétation a pris à l'ouest du camp militaire d'entraînement de Canjuers, aux alentours de 9h15. Un tir d'artillerie porté lors d'un exercice a déclenché accidentellement cet incendie. L'incendie s'est séparé en deux, avec une langue de feu vers le Lac de Sainte-Croix sur la commune d'Aiguines et l'autre au Nord-Est de Canjuers.

Samedi, la mobilisation des sapeurs-pompiers avait permis de "stabiliser la situation", mais les conditions météorologiques (chaleur, sécheresse et vent) sont venus perturber cette stabilisation fragile. Dimanche, les sapeurs-pompiers étaient appuyés de six Canadairs.

Un événement similaire en 2009

Un événement similaire s'est déjà produit en 2009. Un énorme incendie, provoqué par des tirs d'entraînement, s'était déclaré au camp militaire de Carpiagne, près de Marseille.

Ce feu avait parcouru pas moins de 1.300 hectare. Les sapeurs-pompiers étaient parvenus à circonscrire l'incendie au bout de trois jours et deux personnes avaient été blessées. Un légionnaire qui avait ordonné les tirs avait été condamné en 2015 à six mois de prison avec sursis, rapporte le quotidien.

Charlotte Lesage