BFM Business

The OA, Chambers, Designated Survivor... pourquoi Netflix a annulé cinq séries en deux mois

-

- - Netflix

Exit The OA, Designated Survivor ou encore She's Gotta Have It. Le catalogue de Netflix fait peau neuve. Objectif se préparer à l'arrivée d'Apple, de Disney et de Comcast.

Netflix fait un grand ménage d'été. Le service de streaming le plus populaire au monde a supprimé pas moins de cinq séries depuis le mois de juin. Le 5 août, l'actrice et scénariste américaine Brit Marling a ainsi annoncé sur Instagram la fin de la série de science-fiction The OA, après seulement deux saisons.

The OA vient ainsi rejoindre le cimetière des séries abandonnées par Netflix. She's Gotta Have It (deux saisons) et Designated Survivor (trois saisons) ont tout récemment été annulées. Deux séries n'auront eu droit qu'à une seule saison: Tuca & Bertie, une série animée, et Chambers, une série d'horreur qui mettait en scène Uma Thurman.

Aucune explication officielle n’est fournie par Netflix pour justifier ces abandons. Il est par ailleurs impossible d'avoir un aperçu de l’audience de ces séries. Comme les autres plateformes de streaming, Netflix ne communique pas ce types de données.

Un tel dépoussiérage de son catalogue vient néanmoins s'inscrire dans un contexte délicat pour l'entreprise. Ses derniers résultats trimestriels se sont montrés bien moins bons que prévu. Pour la première fois de son histoire, le service a même perdu des abonnés aux Etats-Unis. 126.000 abonnés y sont déserté la plateforme entre avril et juin. Alors que Netflix tablait sur 5 millions de nouveaux abonnés dans le monde sur la même période, seuls 2,7 millions de nouveaux comptes payants ont été créés, pour un total de 151 millions d'abonnés.

Des tarifs en hausse

Pour expliquer ce ralentissement du deuxième trimestre, Netflix avait avancé le manque de succès de certains nouveaux contenus, sans pour autant les nommer. Sur la même période, le service a également procédé à une augmentation de ses tarifs. En France, et après avoir procédé à plusieurs tests, l'offre deux écrans est ainsi passée de 10,99 euros à 11,99 euros par mois, tandis que celle à quatre écrans a pris deux euros à 15,99 euros, à compter du 20 juin.

En janvier dernier, Netflix avait annoncé aux Etats-Unis la hausse la plus conséquente de son histoire. La formule "standard" y avait gagné 18,2% d'un coup, pour passer de 10,99 à 12,99 dollars par mois. Le tout sans que le populaire service enregistre à l'époque une baisse du nombre d'abonnés. Le groupe reconnaît désormais que ces hausses brutales de prix ont pu en refroidir certains.

13 milliards de dollars

Ces résultats ont inquiété les analystes alors même que Netflix s'apprête à faire face à de nouveaux concurrents de taille. Aux biens connus Amazon Prime Video, Hulu et OCS vont d'ici 2020 s'ajouter Comcast, qui détiendra le catalogue de NBC Universal, mais aussi les services de streaming d'Apple - Apple TV+ - et de Disney. Ce dernier vient d’annoncer, le 6 août, un "pack" comprenant Disney+, ESPN+ et Hulu, qui viendra directement mettre en péril le plus populaire des abonnements Netflix aux Etats-Unis: celui de 12,99 dollars. 

Pour faire le poids, Netflix doit maintenir le catalogue le plus attractif possible. Un budget de 13 milliards de dollars est prévu courant 2019 pour la production de ses contenus originaux, contre 1 milliard de dollars pour le nouveau service d'Apple. Le budget alloué aux contenus originaux a presque doublé en deux ans pour Netflix. Le PDG du groupe mise sur un retour de la croissance pour la fin de l'année, en s'appuyant sur ses séries les plus populaires: La Casa de papel, Stranger Things ou encore Orange Is The New Black.

https://twitter.com/Elsa_Trujillo Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech