BFM Business

Netflix veut mettre fin au partage de compte entre amis

Netflix

Netflix - AFP

À l'occasion de la présentation de ses résultats trimestriels, le populaire service de streaming a indiqué accorder une vigilance croissante au partage d'identifiants. Cette pratique viole ses conditions d'utilisation.

Netflix serre la vis. Ce mercredi 16 octobre, à l’occasion de la présentation de ses résultats trimestriels, Greg Peters, l'un des hauts cadres de l'entreprise, a indiqué que le partage de compte faisait l'objet d'une surveillance accrue et que son groupe était à la recherche de moyens de s'y opposer, rapporte The Daily Dot. De nombreux abonnés partagent en effet leur mot de passe avec des tiers, afin de faire baisser l'addition en fin de mois.

Aucune méthode précise de suivi des resquilleurs n'a néanmoins été annoncée. Le partage de compte fait perdre depuis de nombreuses années de l'argent à l'entreprise. Il permet aux membres d'une même famille ou à des groupes d'amis d'accéder aux contenus de Netflix sans avoir à payer de frais supplémentaires, et en contournant les formules prévues à cet effet. 

9 Français sur 10

Ce partage de comptes est par ailleurs loin d'être anodin. Mi-octobre, un rapport Médiamétrie avait estimé que 90% des Français faisaient profiter leur entourage de leur abonnement Netflix en partageant leurs identifiants.

Les conditions d'utilisation de Netflix mentionnent clairement l'illicité de cette pratique. "Le service Netflix, ainsi que tout contenu regardé via la plateforme, est réservé à un usage uniquement personnel et non commercial et ne doit pas être partagé avec des personnes extérieures à votre foyer", est-il ainsi précisé.

Pour lutter contre cette dérive, Netflix dispose pour le moment de moyens très restreints. Le service limite déjà le nombre de périphériques sur lesquels un même compte peut diffuser des contenus simultanément. Pour aller plus loin, la plateforme pourrait encadrer le nombre de périphériques pouvant se connecter à un compte. Pour faire en sorte qu'un utilisateur externe voulant se connecter depuis une tablette non enregistrée se voie refuser l'accès au service. 

Les services de streaming peinent à repérer les resquilleurs. Or, la concurrence croissante aidant, tous doivent limiter leurs pertes financières et faire en sorte que chaque abonné paye sa part. Toutes leurs tentatives d'y parvenir sont en général malvenues. Disney + a dû renoncer à l'instauration d'une limite globale de 10 appareils sur ses comptes, qui avait suscité l'indignation de ses clients.

Même constat chez Spotify. En septembre 2018, le service de streaming musical avait annoncé faire la chasse aux faux abonnements Famille, qui permettent aux personnes d'un même foyer de bénéficier de tarifs avantageux. L'entreprise entendait repérer les groupes d'amis se faisant passer pour une famille en s'en remettant à leur géolocalisation. Mais face au mécontentement de ses clients, et notamment des familles ne vivant pas sous le même toit, Spotify avait dû renoncer à déployer un tel stratagème

https://twitter.com/Elsa_Trujillo_?s=09 Elsa Trujillo Journaliste BFM Tech