BFM Business
Vie numérique

“Le Vrai Débat”: la plateforme des gilets jaunes ouvrira le 28 janvier

Certains gilets jaunes craignent que les réponses au grand débat organisé par le gouvernement soient manipulées. En réaction, une plateforme sera lancée la semaine prochaine, en s’appuyant sur le même outil.

Le grand débat national ne fait pas l’unanimité chez les gilets jaunes. Lundi 28 janvier, ils lanceront leur propre plateforme, baptisée “Le Vrai Débat”. Elle s’appuie sur le même outil que celle du gouvernement, créé par l’entreprise Cap Collectif. A la différence près que l’entreprise n’a rien facturé aux gilets jaunes. Son fondateur se défend pourtant de tout parti pris: “Cap Collectif est neutre. Les gilets jaunes ont clairement dit qu’ils ne participeraient pas au grand débat national. Leur offrir nos services pour faire valoir leurs doléances, c’est aider à résoudre la crise”, insiste Cyril Lage, PDG de Cap Collectif, auprès de BFM Tech.

Pas de fusion entre les plateformes

“Ça reste un acte militant”, admet-il. “Mais on ne le fait pas pour provoquer le gouvernement. Ce n’est pas la première fois que l’on offre gratuitement notre solution”, précise Cyril Lage. Son entreprise est bien connue des gilets jaunes. Sur l’île de La Réunion, les militants ont fait appel à ses services en novembre pour centraliser leurs revendications. Rapidement imités par d’autres gilets jaunes en régions. Avant qu’émerge l’initiative d’une plateforme nationale.

Une fusion entre les résultats obtenus sur le “grand débat” gouvernemental et “Le Vrai Débat” orchestré par les opposants est-elle envisageable? “Je pense que les gilets jaunes fourniront leur propre synthèse des résultats”, anticipe Cyril Lage. Dans tous les cas, Cap Collectif ne se chargera pas de rassembler les réponses des deux débats. “Chacun de nos clients dispose de la propriété exclusive de ses données”, précise-t-il.

Maxime Nicolle, figure parmi les plus radicales des gilets jaunes, s’enorgueillit d’appeler au boycott du débat organisé par le gouvernement. Depuis son compte Facebook, il exhorte ses soutiens à “contrer les récupérations” et à fonctionner “sans chef, sans politique et sans syndicat”. Chez les gilets jaunes, cette volonté de créer leur propre outil s’explique en partie par la crainte d’une manipulation des résultats. “On ne sait pas comment seront traitées et gérées les réponses collectées par le gouvernement”, s’alarme Maxime Nicolle dans une vidéo diffusée sur le même réseau social.

Parmi les neuf thèmes pouvant être abordés en ligne, le site du "Vrai Débat" évoque - entre autres - les institutions, le RIC, l'Europe, la santé, les comptes publics, le sport et l'éducation. La dernière section sera quant à elle dédiée à de "l'expression libre".

https://twitter.com/Pauline_Dum Pauline Dumonteil Journaliste BFM Tech