BFM Normandie
Normandie

Métropole de Rouen: les habitants se disent "fatalistes" et mal informés face aux risques industriels

Le spectaculaire incendie dans l'usine Lubrizol de Rouen classée Seveso, qui n'a pas fait de victime, était maitrisé ce jeudi à la mi-journée mais plusieurs jours seront probablement nécessaires pour en venir à bout, avec une crainte de pollution de la Seine.

Le spectaculaire incendie dans l'usine Lubrizol de Rouen classée Seveso, qui n'a pas fait de victime, était maitrisé ce jeudi à la mi-journée mais plusieurs jours seront probablement nécessaires pour en venir à bout, avec une crainte de pollution de la Seine. - Philippe Lopez-AFP

Trois ans après l'incendie de Lubrizol, plus de la moitié des personnes ayant répondu à l'étude menée par la Métropole disent ne pas connaître les consignes de sécurité en cas d'accident industriel.

Ce lundi, la Métropole Rouen Normandie dévoile dans une première réunion publique les résultats de son étude sociologique sur les risques industriels, réalisée d'avril à novembre 2022. Trois autres réunions se tiendront dans la semaine, dans plusieurs communes du territoire.

Après l'incendie de l'usine de Lubrizol il y a trois ans, la collectivité souhaitait comprendre comment étaient perçus ces risques par ses administrés, alors que 58 sites classés Seveso ornent les bords de Seine sur le territoire.

Un "déni" des riverains

Plus récemment, l'incendie de l'usine Bolloré Logistics a rappelé aux habitants les dangers industriels dont ils peuvent faire face. Pourtant, l'étude de la métropole montre qu'une "forme de déni" s'est installée auprès de sa population.

Si les personnes interrogées ont bien conscience du danger, ce dernier est ouvertement refoulé. Il y a "une volonté de ne pas y penser au quotidien", note la métropole de Rouen.

La collectivité a également constaté un fatalisme collectif, avec une population qui a plutôt tendance à se dire "c'est comme ça" sans penser pouvoir y faire grand chose.

Derrière cet état d'esprit, c'est aussi le manque d'implication citoyenne qui se dégage de l'étude, et le manque de solutions proposées aux riverains. Les résultats montrent d'ailleurs que les habitants de la métropole ont tendance à se mobiliser plutôt sur les nuisances et pollutions quotidiennes, comme les bruits, les odeurs et les fumées.

Une forte demande d'information de proximité

Les citoyens sont nombreux à exprimer une absence cruciale d'information sur les risques majeurs autour d'un accident industriel : 57% des personnes interrogées disent de pas connaître les consignes de sécurité en cas d'accident.

Dès lors, la grande majorité des attentes exprimées par les sondés sont de l'ordre de la communication. Ils demandent notamment une information préventive "tout au long de l'année" et de proximité, plutôt qu'une information d'ordre général.

Beaucoup de riverains se sont montrés méfiants et inquiets sur les effets sanitaires des usines. 84% d'entre eux sont ainsi favorables à l'usage de l'alerte SMS de la Métropole en cas d'accident majeur. Les habitants revendiquent également un "droit de savoir".

Pour palier leur manque de connaissance sur les gestes à adopter lors d'accidents graves, et vaincre peut-être la sensation de fatalisme, les administrés demandent à être formés sur les consignes, avec notamment des mises en situation et des exercices pratiques.

Les formats et les méthodes de beaucoup de ces demandes sont encore à définir par la métropole de Rouen. Les citoyens sont donc invités à discuter de l'étude lors des présentations des résultats cette semaine. La prochaine réunion publique aura lieu ce mardi à 18 heures à la mairie d'Elbeuf.

Ces réunions permettront aussi de réunir les habitants interéssés pour rejoindre le "groupe citoyen" qui travaillera collectivement sur les actions à mettre en œuvre pour répondre aux attentes exprimées dans l’étude.

Juliette Moreau Alvarez