BFM Marseille

Protocole sanitaire dans les écoles: une cellule spéciale de suivi créée dans les Bouches-du-Rhône

Alors qu'une grève nationale et massive des enseignants est prévue ce jeudi pour protester contre le protocole sanitaire à l'école, la préfecture des Bouches-du-Rhône va mettre en place une cellule pour aider à la gestion de la situation dans les écoles.

Une cellule spéciale va être créée dans les Bouches-du-Rhône pour améliorer la gestion dans les écoles, rendue plus compliquée avec le protocole sanitaire, a annoncé la préfecture dans un communiqué ce mardi.

Accompagner, les directeurs, assurer le suivi des absences de professeurs

À la suite d'une réunion avec les services du département de l'Education nationale et de l'Agence Régionale de Santé (ARS), la préfecture a décidé de créer cette cellule dite "de continuité du service public de l'Education nationale" afin de faire face à la situation tendue dans les écoles.

Les professeurs et les parents critiquent le nouveau protocole sanitaire, déjà ajusté trois fois depuis la rentrée, et qui oblige notamment les enfants et les enseignants cas contacts à se faire tester à plusieurs reprises.

Pour alléger la gestion de ces situations parfois compliquées, la nouvelle cellule doit permettre de renforcer l'accompagnement des directeurs d'établissement, en charge des relations avec les familles et de la sécurité des élèves.

La cellule spéciale doit aussi s'occuper du suivi quotidien des absences des professeurs et des autres personnels de l'Education nationale, qui ont augmenté ces derniers temps en raison de la hausse des cas de Covid-19. Actuellement, dans le département des Bouches-du-Rhône, 11% des enseignants du premier et du second degré sont absents, selon des chiffres donnés par la préfecture et l'ARS.

Renforcer "l'adaptation des dispositifs de dépistage"

Enfin, la cellule prévoit d'organiser "le pilotage et l'adaptation des dispositifs de dépistage". La préfecture assure vouloir renforcer progressivement l'offre locale d'autotests pour faciliter le respect des règles imposées par le protocole sanitaire. Celui-ci prévoit notamment trois autotests en quatre jours pour les élèves cas contacts. Dernièrement, des "difficultés ponctuelles d'approvisionnement en autotests" ont été signalées dans les Bouches-du-Rhône.

"Des livraisons complémentaires en autotests sont programmées jusqu'à la fin de la semaine", précise le préfet des Bouches-du-Rhône.

Avec le nouveau protocole sanitaire, le taux de dépistage a fortement augmenté dans les Bouches-du-Rhône, et s'élevait la semaine dernière, à 15.798 personnes testées pour 100.000 habitants selon la préfecture. Cette hausse est particulièrement prononcée chez les jeunes de moins de 15 ans, avec un taux de dépistage de 20.081 personnes testées pour 100.000 habitants, soit plus du double de la semaine précédente (8258 tests pour 100.000 habitants).

Avec cette cellule spéciale mise en place dans les écoles, la préfecture espère garantir "la continuité du dépistage et du service public dans le domaine de l'éducation".

Dans le département, le nombre de cas de Covid-19 s'est multiplié dernièrement. Le taux d'incidence est actuellement de 2782 cas pour 100.000 habitants, du jamais-vu dans les Bouches-du-Rhône. Les jeunes sont particulièrement touchés par le virus, puisque chez les 15-29 ans, il s'élève à 4895 cas pour 100.000 habitants.

Ce jeudi, les syndicats d'enseignants ont appelé à la grève nationale dans les écoles, collèges et lycées, critiquant notamment le protocole sanitaire mis en place dans les établissements face au Covid-19. La Fédération des conseils de parents d'élèves s'est aussi jointe à la mobilisation et appelle les parents à ne pas envoyer leurs enfants en classe ce jeudi.

Gauthier Hartmann et Jean Lazuech