BFM Marseille
Marseille

Incendie à Saint-Chamas: la préfecture ordonne la démolition du centre de tri "sans délai"

Plus d'une semaine après l'incendie d'un centre de recyclage de déchets à Saint-Chamas, des fumées continuent d'être produites. L'entreprise a été mise en demeure par la préfecture de démolir le bâtiment.

La préfecture des Bouches-du-Rhône appelle l'entreprise exploitant le centre de tri de Saint-Chamas à commencer la démolition du bâtiment dès ce jeudi.

Le préfet a fait un point ce mercredi, sur l'incendie du centre de recyclage de déchets de Saint Chamas, plus de 10 jours après le départ du feu qui a pu être maîtrisé le 31 décembre par les pompiers.

Des fumées relativement importantes encore produites par les déchets

Malgré la fin de l'incendie, des déchets se consument encore sur les lieux, produisant des fumées relativement conséquentes. "Elles pourront perdurer plusieurs semaines", précise la préfecture dans un communiqué.

Afin d'éteindre complètement les déchets présents sur le site, les pompiers doivent dans un premier temps les extraire du bâtiment. Une opération pour le moment impossible, la structure menaçant de s'effondrer.

Pour procéder à la démolition du bâtiment, le préfet des Bouches-du-Rhône a donc décidé à l'issue d'une visite sur les lieux de l'incendie, de prendre la direction des opérations pour qu'elle soit effectuée "sans délai".

"La pollution atmosphérique ne saurait perdurer des semaines sans risques d’impacts sanitaires. L’entreprise a donc été mise en demeure ce jour d’entamer cette déconstruction dès demain, faute de quoi réquisition sera opérée à ses frais", a averti ce mercredi la préfecture dans un communiqué.

Un bassin de rétention des eaux utilisées par les pompiers pour éteindre les flammes, a par ailleurs été installé en urgence afin de "préserver les nappes phréatiques".

Eviter les activités de plein-air près du site

Atmosud et Santé Publique France réalisent encore des analyses afin de déterminer “l'impact sanitaire et environnemental” de l'accident. De lundi à mardi, le niveau de particules fines PM10 dans l'air autour du site de l'entreprise de recyclage à Saint-Chamas, commune d'environ 8.000 habitants sur les bords de l'Étang de Berre, a dépassé 140 µg/m3 (quand le seuil d'alerte est à 80) sur 24 heures, selon les mesures d'Atmosud.

Par mesure de précaution, la préfecture recommande d'éviter les activités de plein-air à proximité de la zone incendiée "en particulier pour les personnes vulnérables et sensibles et en cas de perception d'odeurs incommodantes".

Ce mardi, le maire de Saint-Chamas, Didier Khelfa a annoncé sur BFM Marseille avoir pris plusieurs mesures "de surprotection", comme la fermeture des structures sportives. Il a aussi demandé aux écoles de ne pas faire sortir les enfants en récréation.

Gauthier Hartmann