BFM Marseille

"Comme avant un tsunami": Olivier Véran met en garde contre l'arrivée massive de malades à l'hôpital

Olivier Véran était en visite ce jeudi à Aix-en-Provence. Au lendemain du déclenchement du plan blanc dans la région Paca, le ministre de la Santé s'est exprimé sur la situation sanitaire.

Au lendemain du déclenchement du plan blanc dans les hôpitaux de la région Provence-Alpes-Côte-d'Azur, Olivier Véran était en déplacement ce jeudi après-midi à l'hôpital d'Aix-en-Provence. "Nous faisons le constat qu'après le temps de la vague épidémique est venu le temps de la vague hospitalière", a déclaré le ministre de la Santé.

La nouvelle flambée épidémique inquiète notamment les soignants. Ils "ont le sentiment d'être un peu comme avant un tsunami", a confié le ministre de la Santé. "C'est à dire, quand vous avez le sentiment que la vague se retire, que les oiseaux ne chantent plus et qu'on attend le moment où l'eau va s'abattre".

"Le nombre de malades hospitalisés pour Covid multiplié par 4"

Le ministre de la Santé a commenté la situation locale pour illustrer la montée de la quatrième vague provoquée par la flambée du variant Delta.

"Un chiffre qui parlera à tout le monde: ici, en huit jours, le nombre de malades hospitalisés pour Covid a été multiplié par quatre, a rappelé Olivier Véran. En réanimation, nous trouvons des gens qui sont un peu plus jeunes qu'auparavant (...) et pour la grande majorité, ce sont des gens non vaccinés."

Derrière la Corse, la région Paca est la région de metropole avec le taux d'incidence le plus élevé. D'après les données de l'ARS de mercredi, il atteint les 562 cas pour 100.000 habitants, un chiffre bien au-dessus du seuil d'alerte. À titre de comparaison, le taux d'incidence en France est de 220 pour 100.000 habitants.

"Un peu comme avant un tsunami"

Pour faire face à cette nouvelle pousée de l'épidémie, Olivier Véran a insisté sur l'importance de se faire vacciner: "Je le rappelle le vaccin est gratuit (...) il ne s’agit pas de sentir protégé quand on ne l’est pas et on n’est pas protégé quand on n’est pas vacciné".

Actullement, "65% de la population générale a reçu au moins une dose, c'est 75% de la population vaccinable, donc âgée de plus de 12 ans, et c'est 85% des plus fragiles", a-t-il rappelé.

Le gouvernement s'est fixé l'objectif, d'ici la fin du mois, d'atteindre les 50 millions de primo-vaccinés.

Solenne Bertrand