BFM Lyon

Villefranche-sur-Saône en tête des villes moyennes les plus dynamiques

Malgré la crise sanitaire, le centre-ville de la commune du Rhône a préservé 83% de sa fréquentation habituelle depuis mars 2020, selon un classement dévoilé lundi.

Elle domine ce classement de très loin. La commune de Villefranche-sur-Saône a été classée en tête du palmarès des centres-villes dynamiques publié lundi par l'association Villes de France en association avec MyTraffic, une société spécialisée de l'analyse de flux de piéton.

"On peut tout faire à pied, les commerçants sont sympathiques, ils prennent le temps", salue une habitante au micro de BFM Lyon.

Des clients plus fidèles

La commune du Rhône arrive devant Chambéry et Pau dans ce classement composé de 30 communes de moins de 100.000 habitants et basé sur la fréquentation des centres-villes depuis le début de la crise sanitaire en mars 2020.

Pour les 120 commerçants de Villefranche-sur-Saône, cette distinction s'explique par deux facteurs bien précis. "Avec tout ce qu'on traverse, on sent des commerçants plus proches de leurs clients", affirme Loïc Prat, fromager, qui met aussi en avant d'avoir une rue Nationale "de plus d'un kilomètre de long".

"On a une clientèle plus fidèle que dans les grandes villes où on se disperse surtout dans des grands centres commerçiaux", complète Frédéric Meissat, gérant d'une boutique de vêtements.

Un succès pour le maire

Avec en moyenne, 2,5 millions de passages mensuel, le centre-ville de Villefranche-sur-Saône a ainsi réussi à préserver 83% de sa fréquentation par rapport à la période d'avant-crise sanitaire.

Pour le maire Thomas Ravier, ce classement "vient couronner, ou du moins conforter, les efforts de politique publique" menés au niveau de la ville.

"Le centre-ville doit être l'endroit où, quelque soit le quartier où l'on habite, on vient trouver des commerces de qualité, mais aussi on vient s'y retrouver", avance l'élu.

Malgré la crise, les commerçants de Villefranche-sur-Saône gardent donc le sourire. Leur objectif est désormais de garder ce coeur de ville dynamique pour ne pas laisser les habitants partir vers la zone commerciale en périphérie.

Benjamin Rieth Journaliste BFM Régions