BFM Lyon

Régionales: en Auvergne-Rhône-Alpes, EELV et PS se disputent leurs alliés écologistes

Carte électorale (photo d'illustration)

Carte électorale (photo d'illustration) - Thierry Zoccolan

En Auvergne-Rhône-Alpes, EELV et PS se disputent leurs partenaires, alors qu'une union au premier tour des régionales semble mal engagée.

Cap21 d'un côté, Génération Écologie de l'autre: en Auvergne-Rhône-Alpes, EELV et PS se disputent leurs partenaires, alors qu'une union au premier tour des régionales semble mal engagée.

Vendredi, Cap21 - mouvement de Corinne Lepage - et l'Alliance écologiste indépendante ont annoncé localement qu'ils s'alliaient aux socialistes pour le scrutin de juin.

Samedi, à l'inverse, la présidente de Génération Écologie, Delphine Batho, a affiché "tout son soutien", vidéo à l'appui, à la tête de liste d'EELV en Auvergne-Rhône-Alpes, Fabienne Grébert, lors d'une convention à Lyon.

Un hasard, assure l'équipe de campagne: "Delphine (Batho) était de passage et nous a fait la surprise de venir à notre local, c'était une visite amicale, pas du tout une tentative de réaction à quoi que ce soit".

Quelque 4000 signataires d'un appel lancé par les Verts en Auvergne-Rhône-Alpes se prononcent ces jours-ci sur la stratégie du premier tour, entre autonomie ou alliance - plus ou moins large - avec des formations de gauche. Leur choix sera annoncé jeudi à la presse.

Le vote a été précédé de discussions, en particulier avec le PS, qui veut aussi jouer un rôle face à Laurent Wauquiez (LR), président sortant de la Région, très probable candidat à sa succession et favori des sondages.

Un accord de gouvernance partagée

Le 11 février, une réunion s'est tenue entre Fabienne Grébert, le maire de Grenoble Éric Piolle et le président de la Métropole de Lyon Bruno Bernard d'un côté. Le leader socialiste au conseil régional Jean-François Debat, le maire PS de Clermont-Ferrand Olivier Bianchi et Najat Vallaud-Belkacem de l'autre.

Celle-ci n'est pas encore officiellement dans la course. "Mais je travaille d'arrache-pied à construire l'union de la gauche, le plus tôt possible", déclare-t-elle ce dimanche dans le JDD.

Écartant tout ralliement des uns derrière les autres, les socialistes disent avoir proposé aux Verts un accord de gouvernance partagée: la future présidence régionale serait EELV ou PS, en contrepartie de quoi l'autre composante serait majoritaire dans l'exécutif.

"Si aujourd'hui l'objectif est de faire plier le partenaire, c'est perdant-perdant, alors que l'équilibre que nous proposons, c'est gagnant-gagnant", affirme Jean-François Debat. La proposition aurait été mal accueillie mais il espère une réponse d'ici à la fin du mois, sans quoi "chacun reprendra ses billes".

"Il n'y a pas eu de refus, pas d'acceptation non plus", indique l'équipe de Fabienne Grébert, assurant que seuls les signataires de l'appel décideront de la stratégie écologiste.

C.Bo. avec AFP